Vie universitaire

Vers un quartier résidentiel sur le campus

Le Conseil d’administration donne son accord de principe à la construction de 150 logements pour étudiants et à un vaste plan d’aménagement pour le secteur nord-est du campus

Par : Yvon Larose
Un aperçu de l'entrée du campus à l'intersection du chemin Sainte-Foy et de l'avenue du Séminaire.
Un aperçu de l'entrée du campus à l'intersection du chemin Sainte-Foy et de l'avenue du Séminaire.
Une importante étape vient d’être franchie dans le projet d’aménagement d’un quartier résidentiel dans la cité universitaire. Réunis en séance ordinaire le mercredi 21 février, les membres du Conseil d’administration ont donné leur accord de principe à un plan d’aménagement pour le secteur nord-est du campus, à proximité de l’avenue Myrand. Du même souffle, le Conseil a donné son accord de principe à la construction, à cet endroit, de 150 unités de logement pour étudiants. À terme, le nouveau quartier de 240 000 mètres carrés accueillera quelque 1 500 logements répartis dans des immeubles de trois à six étages. Un peu plus de la moitié de la superficie du site aura une vocation résidentielle. Au moins le tiers de la superficie restante servira à l’aménagement de parcs, de jardins communautaires et d’espaces publics, sans oublier les boisés existants. Dans ce nouveau quartier, 75 % des unités de logement seront réservées aux membres de la communauté universitaire. La réalisation complète du quartier devrait s’échelonner sur une période de 8 à 15 ans et nécessiter des investissements évalués entre 120 et 150 millions de dollars.

On prévoit que la construction des 150 logements pour étudiants sera en marche d’ici deux ans. Le Service des résidences de l’Université a élaboré ce projet qui a obtenu l’appui des deux grands regroupements étudiants, la CADEUL et l’AELIÉS. L’Université pourrait ainsi répondre aux besoins d’étudiants en couple avec ou sans enfant, d’étudiants en colocation et de ménages monoparentaux, ce qu’elle ne peut pas faire présentement avec ses chambres en résidence. Le Service des résidences assurera le financement du projet des 150 logements et en fera la gestion par la suite. D’autres intervenants financeront, construiront et géreront les autres unités de logement prévues au plan d’aménagement. Un certain nombre de coopératives d’habitation et de promoteurs immobiliers ont déjà manifesté leur intérêt. Le coût des loyers abordables offerts par les coopératives se situera au moins 5 % sous le prix du marché. L’Université demeurera l’unique propriétaire du site à développer. Les terrains seront cédés sous forme d’emphytéose au prix du marché. Quant au champ de pratique de golf, le dépôt à neige, le stationnement, les courts de tennis et autres équipements présentement sur le site, la direction de l’Université prévoit soit les éliminer, soit les relocaliser.


________________________________________________________________________________

La réalisation complète du quartier devrait s’échelonner sur une période de 8 à 15 ans et nécessiter des investissements évalués entre 120 et 150 millions de dollars
________________________________________________________________________________



Un processus consensuel
À la fin de 2005, dans le but de concevoir l’aménagement du secteur, le Comité d’aménagement et de mise en œuvre de l’Université Laval a confié au Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues (GIRBa) de la Faculté d’aménagement, d’architecture et des arts visuels le mandat de mener un projet participatif d’aménagement, le Projet PACTE Myrand. «Le processus qui a conduit au plan d’aménagement s’est fait en étroite collaboration avec les principaux acteurs concernés», a expliqué Geneviève Vachon, professeure à l’École d’architecture et coordonnatrice de la démarche participative pour le GIRBa, le mercredi 28 février en conférence de presse au pavillon Maurice-Pollack. «Le défi, a-t-elle ajouté, consistait à construire un consensus autour d’une vision et de grandes orientations d’aménagement pour le futur quartier.»

Près de 120 intervenants, aux visées et intérêts multiples pour le futur quartier, ont participé à la démarche. Il y avait des étudiants et des professeurs de l’Université, des résidents du secteur, des professeurs à la retraite, des architectes, des urbanistes et des représentants gouvernementaux. Par la suite, plus de 700 membres de la communauté universitaire ont donné leur point de vue sur le projet dans le cadre d’une vaste consultation en ligne.

Les grandes orientations qui ont encadré le processus prévoyaient notamment de faire du futur quartier un endroit intégré à la ville, au campus et aux quartiers voisins, ainsi qu’un carrefour de services. «Nous voulions aussi que le quartier soit identitaire avec des places publiques, de petits commerces, des jardins communautaires, des équipements pour les enfants et des services à la communauté», a indiqué Geneviève Vachon. La dimension «verte» a également été considérée, notamment pour les déplacements à pied et à bicyclette, la mise en valeur des boisés, les toitures végétales et le compostage.

Un milieu de vie complet
Le site est actuellement traversé par un sentier asphalté qui relie l’intersection de l’avenue du Séminaire et de la rue de la Terrasse à l’avenue Myrand. Le plan d’aménagement prévoit faire de cette intersection une porte d’entrée au campus. Selon Geneviève Vachon, il pourrait y avoir à cet endroit une station multimodale où pourraient converger les nombreux trajets d’autobus qui mènent à la cité universitaire. Le plan prévoit qu’une nouvelle voie traversera le futur quartier dans l’axe nord-sud à partir du chemin Sainte-Foy. «Les plus forts gabarits d’immeubles se situeront davantage du côté ouest près du PEPS et ceux de plus faible gabarit se retrouveront plus du côté est près de l’avenue Myrand, a expliqué Geneviève Vachon. Nous avons prévu des commerces de proximité au rez-de-chaussée d’immeubles situés le long de la rue de la Terrasse prolongée jusqu’à Myrand.» Selon elle, les types d’habitations seront relativement variés et favoriseront les familles. On trouvera des trois ou quatre étages sans ascenseurs ainsi que des édifices de cinq ou six étages avec ascenseurs. Le nombre de pièces par logement sera variable. «Tous profiteront de cours intérieures partagées, a précisé Geneviève Vachon. Les espaces verts seront très présents.»

Dans les prochains mois, un comité technique composé de représentants de l’Université et de la Ville de Québec bonifiera le projet des 150 logements pour étudiants. Le mandat général de ce comité consistera à définir de façon beaucoup plus précise plusieurs modalités d’application du plan d’aménagement accepté par le Conseil d’administration. On y étudiera notamment la capacité des réseaux d’infrastructures souterraines, la capacité d’absorption du marché immobilier et les différentes phases potentielles de réalisation du futur quartier. Pour consulter le plan d’aménagement, on tape www.pacte.ulaval.ca et on clique sur l’onglet Documents.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!