Vie universitaire

Une structure légère en lien avec les besoins actuels

Plus de 200 personnes ont participé, sur le campus, à la première rencontre annuelle du tout nouveau Conseil franco-québécois de coopération universitaire

Par : Yvon Larose
«Le Conseil franco-québécois de coopération universitaire va encourager la mise en place de partenariats stratégiques en enseignement et en recherche entre le Québec et la France afin d’aider les établissements à s’insérer dans les grands réseaux de recherche nord-américains et européens où se fait de plus en plus la recherche, explique Nicole Lacasse, vice-rectrice adjointe aux études et aux activités internationales. Les projets de recherche communs recevront environ 40 000 $ chacun pour leur démarrage. Ce sera la première étape en vue de leur insertion éventuelle dans les grands réseaux.»

Les partenariats stratégiques étaient à l’ordre du jour de la première rencontre annuelle du Conseil franco-québécois de coopération universitaire (CFQCU) tenue les 23 et 24 septembre au pavillon La Laurentienne. Les autres thèmes au programme ont été la définition de grandes orientations, la mobilité professorale, l’arrimage France-Québec en matière de formation, la reconnaissance professionnelle et la gouvernance universitaire. Plus de 200 responsables de la coopération universitaire entre le Québec et la France étaient présents à la rencontre. Une majorité était constituée de présidents, de vice-présidents et de directeurs d’une centaine d’établissements d’enseignement français. Des vice-recteurs représentaient Laval et six autres universités québécoises.

Créé en juillet dernier, le Conseil remplace le Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise (CCIFQ). Il est composé de 14 membres, dont 8 représentants d’universités. Les 6 autres proviennent de ministères actifs en enseignement et en coopération. Le coprésident québécois du Conseil est Edwin Bourget, vice-recteur à la recherche et à la création à l’Université Laval. Le Conseil aura un budget annuel de 700 000 $, soit une contribution de 350 000 $ de chacun des gouvernements.

«Les membres de l’ancien CCIFQ se plaignaient du fait que la coopération n’évoluait plus beaucoup au niveau des grandes orientations et que beaucoup d’argent était mis dans la gestion de la coopération au détriment des projets eux-mêmes, soutient Nicole Lacasse. De plus, les centres de décision étaient loin des bénéficiaires.» Selon elle, les échanges qui se sont déroulés durant deux jours serviront d’assise aux grandes orientations que le CFQCU est en train de définir afin de redynamiser la coopération universitaire. «La coopération, indique-t-elle, est en train de s’actualiser afin d’avoir des programmes qui collent davantage aux besoins des universités. Le but est de créer une structure beaucoup plus légère, et que les universités aient leur mot à dire.»

Selon Nicole Lacasse, tant les participants français que québécois sont sur la même longueur d'onde en ce qui concerne des formations innovantes comme le développement de programmes conjoints à double diplôme, la création de consortiums de formation et l’offre de programmes entièrement en ligne. La reconnaissance de la formation universitaire suivie dans un autre pays, dans un contexte de mobilité professionnelle, est un autre enjeu commun. «Il y a, dit-elle, des problèmes d’arrimage entre le Québec et la France pour reconnaître des formations dans des domaines comme la santé, le droit et l’ingénierie.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!