Vie universitaire

Une satisfaction élevée

Près de 4 500 étudiants au baccalauréat se prononcent sur divers aspects de leur expérience universitaire

Par : Yvon Larose
À l'Université Laval, les étudiants atteints d'une invalidité ou d'une déficience représentent près de 8% de l'ensemble des répondants à l'enquête NSSE de 2017.
À l'Université Laval, les étudiants atteints d'une invalidité ou d'une déficience représentent près de 8% de l'ensemble des répondants à l'enquête NSSE de 2017.
Le 17 octobre, l'agent de recherche et de planification au Bureau de planification et d'études institutionnelles (BPEI) Luc Simon fera la présentation, aux directeurs de programme de premier cycle, des faits saillants du volet «Université Laval» de l'enquête NSSE 2017. Cet acronyme signifie National Survey of Student Engagement. Cette vaste enquête nord-américaine trisannuelle, coordonnée par l'Université de l'Indiana, a été réalisée auprès de 130 000 étudiants de première année et de finissants du baccalauréat dans 72 collèges et universités au Canada. À l'Université Laval, 4 480 étudiants ont répondu au questionnaire en ligne.

«Nous avons participé à l'enquête NSSE en 2005, en 2008, en 2011, en 2014 et en 2017, explique Luc Simon. Une participation régulière à cette mégarecherche permet, de fois en fois, d'enrichir le corpus de données, ce qui permet de mieux comprendre la réalité des étudiants et de mieux intervenir. Le Bureau qui s'occupe de l'évaluation continue des programmes utilise ces données de façon de plus en plus importante et de plus en plus systématique.»

Les étudiants ont répondu à des dizaines de questions. Certaines portaient sur le niveau d'exigence scolaire, d'autres sur la qualité de l'interaction étudiant-professeur. Les données ont servi à mesurer l'engagement des étudiants dans leurs études, à quel point chacun s'investit et comment ils perçoivent les efforts faits par leur établissement pour les encadrer.

En 2017, l'indice de satisfaction générale des répondants de l'Université Laval atteint 85,6%, comparativement à 80,1% pour le Canada en général. Trois ans plus tôt, les pourcentages étaient respectivement de 87,4% et de 80,5%. «En général, souligne Luc Simon, les résultats de 2017 sont stables comparés aux résultats antérieurs. De plus, l'indice de satisfaction se maintient au-dessus de la moyenne canadienne. Les constats se confirment. À l'Université Laval, nous faisons bien les choses.»

Cette année, près de 90% des répondants finissants ont déclaré qu'ils reviendraient à l'Université Laval si c'était à refaire. Dans les autres universités québécoises et canadiennes, la moyenne est plus faible. Les finissants de l'Université Laval montrent un degré de satisfaction élevé pour la qualité des interactions avec les autres étudiants, les enseignants, les professionnels et les employés de soutien. Même constat en ce qui concerne les stratégies d'apprentissage, le soutien pédagogique et l'encadrement.

«Cette année, poursuit Luc Simon, nous remarquons une augmentation notable du pourcentage d'étudiants atteints d'une invalidité ou d'une déficience. Ces étudiants représentent près de 8% de l'ensemble de nos répondants contre quelque 3% en 2014. Nos collègues au Canada semblent avoir observé le phénomène quelques années plus tôt, principalement avec une hausse des troubles d'apprentissage et des troubles de santé mentale dans la population étudiante. La prochaine enquête, dans trois ans, nous permettra d'évaluer si l'ampleur du phénomène chez nous aura alors rejoint la tendance nationale, présentement à 12% environ.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!