Vie universitaire

Tranches de vie inspirantes

Près de 4 500 finissants récolteront les fruits de leurs efforts en recevant leur diplôme au cours de l'une des huit cérémonies de la collation des grades

Par : Matthieu Dessureault
Les cérémonies de la fin de semaine dernière ont réuni les diplômés des Facultés de médecine, de médecine dentaire, de pharmacie, des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, des sciences infirmières, de foresterie, de géographie et de géomatique, des sciences et de génie, ainsi que des sciences de l'administration. Elles avaient lieu à l'amphithéâtre-gymnase Desjardins-Université Laval, décoré pour l'occasion aux couleurs de l'Université.
Les cérémonies de la fin de semaine dernière ont réuni les diplômés des Facultés de médecine, de médecine dentaire, de pharmacie, des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, des sciences infirmières, de foresterie, de géographie et de géomatique, des sciences et de génie, ainsi que des sciences de l'administration. Elles avaient lieu à l'amphithéâtre-gymnase Desjardins-Université Laval, décoré pour l'occasion aux couleurs de l'Université.
Ils ont trimé dur et ils se préparent, pour la plupart, à entrer sur le marché du travail. Entre ces deux étapes, il y a la collation des grades, qui permet aux finissants des trois cycles de recevoir ce précieux document, symbole de leur réussite. Constitué de 8 cérémonies, l'événement réunira, en 2 fins de semaine, 4 344 diplômés. Pour la période 2015-2016, l'Université compte pas moins de 11 734 diplômés, tous programmes confondus. «C'est un diplôme important, que vous avez mérité jour après jour en vous engageant dans votre projet d'études ou de recherche avec détermination, passion, patience et courage. Aujourd'hui, vous offrez à votre entourage un merveilleux exemple de réussite. Soyez-en fiers et heureux!», a déclaré, dimanche, le recteur Denis Brière.

Vêtus de la toge protocolaire, les finissants ont défilé devant parents et amis, avant d'aller chercher leur diplôme. Un à un, ils ont monté sur la scène pour serrer la main du recteur et des représentants de leur faculté. Ce moment, Terence Blaskovits l'attendait avec impatience. Originaire de la Colombie-Britannique, il est venu à l'Université Laval pour faire son baccalauréat en chimie. «Je voulais non seulement étudier en français, mais vivre dans un milieu francophone. En 2011, le programme d'été Shad Valley m'a permis de découvrir le campus. Je suis tombé en amour avec l'Université et la ville de Québec. C'est pourquoi je suis revenu pour mes études universitaires», a confié le diplômé, accompagné de ses parents pour l'occasion.

Ponctué d'honneurs, dont la bourse Schulich Leader et la Médaille du Lieutenant-Gouverneur pour la jeunesse, son parcours est celui d'un passionné de l'environnement. D'un stage à l'autre, il a travaillé au développement de nouvelles formes d'énergie. Son intérêt pour ce sujet de recherche ne date pas d'hier. «J'ai grandi dans une région agricole, près des Rocheuses. J'ai passé mon enfance à faire des randonnées dans les montagnes et dans les forêts. En 10 ans, l'industrie pétrochimique et les mines ont transformé ce paysage. Très jeune, je savais que je voulais travailler dans un domaine lié à l'environnement, en me concentrant non pas sur les problèmes, mais sur des solutions à ces problèmes.» Son diplôme en poche, le voici prêt pour la maîtrise, au cours de laquelle il participera à un projet de recherche sur les polymères. Une partie de sa formation sera effectuée à l'Université Harvard, au Massachusetts.

Au rayon des histoires inspirantes, il y a aussi celle de Marie-Ève Fradette. Diplômée en administration des affaires, elle n'en était pas à sa première collation des grades, pour y avoir travaillé chaque année depuis son arrivée à l'Université, en 2013. Cette fois, elle avait l'honneur de représenter les 646 diplômés de sa faculté à titre de porteuse de la masse. Son discours, qu'elle a livré à la fin de la cérémonie, parlait de sa fierté d'avoir étudié à l'Université Laval: «Pour moi, la FSA ULaval (Faculté des sciences de l'administration) est devenue une seconde demeure, littéralement. Par mes diverses implications, j'ai su trouver ma voie et découvrir, petit à petit, la professionnelle et la leader que je souhaitais devenir.»

En effet, Marie-Ève Fradette a multiplié les engagements pendant sa formation, parfois même au-delà de 35 heures par semaine. Présidente de son association étudiante, elle a contribué à l'organisation de plusieurs activités interfacultaires, dont les populaires Jeux du commerce. Ces expériences, elle ne les oubliera pas de sitôt. «Je suis entrée à l'Université pour me former en vue d'un métier, mais cela m'a aussi permis de bâtir des amitiés et de m'impliquer dans différents projets. Comme étudiants, ce type d'expérience aide à préciser qui nous sommes et ce que nous voulons», a-t-elle dit.

De belles histoires comme celle-ci, il y en avait des tonnes. Et ce n'est pas fini, puisque la collation des grades se poursuivra la fin de semaine prochaine. Les quatre cérémonies restantes réuniront 2 052 diplômés. Rappelons que l'événement est aussi l'occasion de souligner les réalisations de personnalités exceptionnelles par la remise de médailles du Gouverneur général et de doctorats honoris causa.

À lire également: Des personnalités d’exception

Quelques chiffres sur la collation des grades


  • 8 492 diplômés ont été invités à assister à la collation des grades. 51,1% d'entre eux ont répondu présent, pour un total de 4 344 personnes, soit 112 de plus que l'an dernier.
  • Plus de 10% des diplômés sont des étudiants étrangers ou des résidents permanents.
  • En 1975, 61% des diplômés étaient des hommes. Depuis, cette proportion s'est inversée, avec près de 60% des diplômés qui sont des femmes en 2016.
  • L'Université regroupe plus de 277 000 diplômés à travers le monde.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!