Vie universitaire

Quelles sont vos habitudes de vie?

Une vaste enquête menée auprès des membres de la communauté universitaire livre des résultats qui appellent à l’action

Par : Jean Hamann
La plupart des membres de la communauté universitaire ont de saines habitudes de vie, mais les comportements en lien avec l’alimentation ou l’activité physique qui ne favorisent pas une santé optimale sont tout de même courants tant chez les étudiants que chez les employés. Voilà les principaux constats qui se dégagent d’une enquête réalisée à l’automne 2008 par Émilie Pérusse-Lachance, étudiante-chercheuse à la maîtrise en kinésiologie, et par Vicky Drapeau, professeure au Département d’éducation physique.
   
Cette enquête a été effectuée à la demande du Comité relatif au cadre de référence pour une saine alimentation et un mode de vie actif de l’Université Laval. Les activités de ce comité sont financées par le ministère de l’Éducation, du Loisir et des Sports qui souhaite encourager les actions visant à offir un environnement favorable à l'adoption et au maintien de saines habitudes de vie par les jeunes Québécois. Le comité a voulu brosser le portrait actuel des habitudes de vie des membres de la communauté universitaire afin de cibler les actions à prioriser. Au total, 3162 personnes, dont 2491 étudiants, ont répondu au questionnaire portant sur l’alimentation, l’activité physique et les habitudes de vie générales.
   
L’analyse des données révèle que les recommandations du Guide alimentaire canadien sont loin d’être respectées à la lettre au sein de la communauté universitaire. Ainsi, près de 80 % des répondants consomment moins de 7 à 8 portions de fruits et légumes par jour, 57 % ne prennent pas deux portions hebdomadaires de poisson, 17 % ne prennent pas deux portions quotidiennes de produits laitiers et 11 % des étudiants ne déjeunent pas. Par ailleurs, la précarité alimentaire est malheureusement le lot de bon nombre d’étudiants, constatent les deux chercheuses dans leur rapport. Environ 9 % des étudiants affirment qu’ils manquent parfois d’argent pour subvenir à leurs besoins alimentaires et près de 3 % des étudiants vivent cette situation à tous les mois.
   
La plupart des répondants sont satisfaits de l’accessibilité et du coût des services alimentaires sur le campus. Toutefois, moins de la moitié des étudiants se disent satisfaits ou très satisfaits de la qualité et du goût des aliments offerts dans les carrefours alimentaires, les casse-croûte, les distributrices ou au dépanneur. Par ailleurs, 70 % des personnes qui consomment les menus santé offerts par les services alimentaires s’en déclarent satisfaites.

Plutôt sédentaires
Au chapitre de l’activité physique, les deux tiers des répondants font moins de cinq séances de 20 à 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine, ce qui les range parmi la population sédentaire. La principale raison de cette inaction? Le manque de temps, répondent 55 % des étudiants et 44 % des employés. Pourtant, plus de 85 % des répondants sont satisfaits de l’offre d’activité physique sur le campus. Une proportion un peu plus faible, mais toujours majoritaire, est satisfaite des coûts, de l’horaire et de la qualité des installations sportives.

La combinaison d’une alimentation sous optimale et d’un mode de vie peu actif se fait sentir sur le bilan énergétique des individus: l’excès de poids touche 37 % des employés et 23 % des étudiants. Mince consolation, ces chiffres sont inférieurs aux moyennes de la population québécoise (53 % surpoids chez les 35-49 ans et 33 % chez les 18-24 ans). «Cette différence ne constitue pas une surprise parce qu’il y a un lien entre le niveau d’éducation et l’adoption de bonnes habitudes de vie», souligne Vicky Drapeau. Reste que le tiers des répondants tentent présentement de perdre du poids.
   
Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le café et les autres boissons stimulantes ne coulent pas à flot sur le campus. Ainsi, 98 % de tous les répondants prennent moins de quatre cafés par jour. Les boissons énergisantes telles Guru et Red Bull font encore moins d’adeptes: 98 % des employés et 95 % des étudiants en consomment moins de trois fois par mois. Quant à l’alcool, 11 % des employés et moins de 3 % des étudiants déclarent prendre sept consommations ou plus par semaine.
   
Au chapitre des autres habitudes de vie, soulignons qu’un peu plus du quart des répondants jugent ne pas avoir une bonne qualité de sommeil. Le stress pourrait être en cause puisque 41 % des étudiants et 29 % des employés se disent souvent ou toujours stressés. Douze pour cent des répondants fument à l’occasion ou quotidiennement.
   
«Les résultats de l’enquête seront analysés par les membres du Comité relatif au cadre de référence pour une saine alimentation et un mode de vie actif lors de la réunion de mai, souligne sa présidente, Linda Larouche, également directrice du Service des affaires étudiantes. À la lumière de cette analyse, nous proposerons un plan d’action pour sensibiliser davantage les membres de la communauté universitaire aux bienfaits de saines habitudes de vie.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!