Vie universitaire

Quand les hommes vivront d'amour

Des spécialistes et chercheurs du monde entier se réunissent pour aider à comprendre et à faire cesser la violence faite aux femmes

Par : Renée Larochelle
«Violences faites aux femmes: réponses sociales et plurielles»: tel est le thème du colloque qui réunira des universitaires et des praticiens engagés dans le domaine de la violence envers les femmes, les 22, 23 et 24 octobre à l’hôtel Plaza Centre-ville Montréal. Au cours de cette rencontre organisée conjointement par le Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF) des universités Laval et de Montréal, des participantes et des participants provenant des quatre coins de la planète tenteront de faire le point sur ce problème qui n’épargne aucun pays du monde.
«À ma connaissance, il s’agit du premier colloque à porter exclusivement sur la violence faite aux femmes», explique Dominique Damant, professeure à l’École de service social, directrice du CRI-VIFF et responsable scientifique du colloque. «Il est plutôt rare que la violence faite aux femmes constitue le principal sujet d’une rencontre de l’envergure de celle que nous préparons, souligne Dominique Damant. Bien souvent en effet, le sujet est abordé à travers d’autres problématiques comme la violence familiale ou encore la violence envers les enfants. Nous sommes très contents qu’un tel événement ait lieu chez nous, au Québec, là où des pas de géant ont été accomplis. On ne parlera jamais assez de la violence faite aux femmes.»

Créer des liens
Au programme de cette rencontre figurent quelque 200 présentations visant à faire le point sur les différents contextes de violence et leurs impacts sur les femmes, ainsi que sur les forces et les faiblesses des diverses réponses sociales apportées au problème jusqu’à maintenant dans plusieurs pays. La liste des sujets à l’ordre du jour est longue et témoigne de la complexité de la question: garde d’enfants en situation de violence conjugale; traite des femmes et mariage par correspondance; crimes d’honneur; prévention de la violence dans les relations amoureuses; traitement des conjoints violents; interventions et croyances religieuses; violences vécues par les lesbiennes, par les femmes autochtones, par les femmes immigrées, par les femmes âgées, par les adolescentes, pour ne citer que ces exemples. 

L’un des moments importants du colloque sera un forum où spécialistes et chercheurs feront le point sur la question suivante: en matière de violence familiale, que faut-il changer en ce qui a trait aux mentalités, aux système judiciaires et aux pratiques sociales? Où doivent porter les efforts pour tenter d’enrayer le problème et que diminue la violence faite aux femmes sur cette terre? «Avant tout, nous souhaitons créer des liens de solidarité et d’échanges en partageant les connaissances et les savoirs, explique Dominique Damant. Avec comme objectif ultime qu’il n’y ait plus de violence faite aux femmes.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!