Vie universitaire

Pour une ouverture aux autres cultures

La Commission des études formule 18 recommandations visant à implanter un environnement international dans la cité universitaire

Par : Yvon Larose
L’Université se doit de franchir une nouvelle étape dans l’internationalisation de la formation en préparant l’ensemble des étudiants à faire face aux enjeux professionnels, sociaux et culturels amenés par la mondialisation.

Cette affirmation constitue la trame de fond de l’avis que Jocelyne Mathieu, présidente sortante de la Commission des études, a déposé au Conseil universitaire lors de la séance ordinaire du mardi 18 septembre. Le document s’intitule S’éduquer au monde chez soi: la formation locale à l’international. «Qu’il faille désormais préparer les étudiants à agir sur la scène internationale est devenu une évidence, est-il écrit dans l’avis. Cette nécessité ne touche pas seulement les étudiants qui effectuent un séjour à l’extérieur du Québec pendant leurs études, mais aussi ceux qui ont de fortes chances d’être mobiles à court ou à moyen terme après leurs études, et même ceux qui exerceront leur profession localement, car ils devront le faire en tenant compte de plus en plus du contexte mondial.»

La Commission des études propose de doter l’Université d’un plan stratégique qui aura pour but, d’ici cinq ans, la création et l’animation d’un environnement international local visible sur le campus. Cet environnement devra offrir à tous les étudiants l’occasion de s’ouvrir à d’autres cultures. Dix-huit recommandations sont proposées. L’une d’elles consiste à revoir les objectifs de formation et l’ensemble du Règlement des études pour que l’étudiant acquière une véritable compétence, et non une simple sensibilisation aux questions interculturelles et internationales. Une série d’autres recommandations visent à mettre les expériences individuelles à l’étranger au service de l’éducation locale à l’international. On recommande aussi d’offrir des lieux à vocation internationale à la communauté universitaire et régionale.

Selon Jocelyne Mathieu, augmenter le nombre de profils internationaux et de stages internationaux et
interculturels ne suffit plus. «Avec près de 15 % de l’ensemble des étudiants diplômés, explique-t-elle, l’Université a atteint et même dépassé l’objectif de départ qui consistait à permettre à 10 % de l’effectif étudiant de poursuivre une partie de ses études à l’étranger. Il faut maintenant faire quelque chose de plus. La Commission recommande que la totalité des étudiants, qu’ils partent ou non étudier à l’étranger, puissent acquérir des compétences associées à une formation internationale.»
Le document S’éduquer au monde chez soi: la formation locale à l’international peut être consulté à l’adresse suivante: www.ulaval.ca/sg/greffe/officiels.html.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!