Vie universitaire

Pour une culture entrepreneuriale dans les pays francophones

Des recommandations en ce sens vont être acheminées aux participants du Sommet de la francophonie qui se tiendra à Québec en octobre

Par : Yvon Larose
Promouvoir la culture entrepreneuriale spécifiquement auprès des jeunes, mettre en place des stratégies nationales de l’entrepreneuriat axées sur la formation et l’apprentissage, créer des réseaux d’échanges, de développement et de soutien en entrepreneuriat, suivre et accompagner les entreprises à toutes les étapes de leur développement, enfin créer des politiques nationales comprenant des lois sur l’entrepreneuriat: voilà autant de recommandations formulées par les participants du colloque international «Vers une francophonie entrepreneuriale» tenu les 3 et 4 mars au pavillon Gene-H.-Kruger. Ces recommandations seront transmises aux chefs d’État et de gouvernement qui se réuniront à Québec, au mois d’octobre, pour le prochain Sommet de la francophonie.

Le colloque était organisé conjointement par l’Université Laval et l’Agence universitaire de la francophonie. Il réunissait une soixantaine d’experts en entrepreneuriat en provenance de 14 pays et de 4 provinces canadiennes. Répartis en 12 ateliers, les participants devaient réfléchir aux différentes problématiques en lien avec l’entrepreneuriat et la culture entrepreneuriale dans les pays francophones. Ces problématiques comprennent, entre autres, l’importance de l’éducation, le cadre législatif et les différents types d’organisations entrepreneuriales.

«Les participants ont formulé en tout une quarantaine de recommandations, indique Yvon Gasse, professeur au Centre d’entrepreneuriat et de PME, et président du comité scientifique du colloque. Ces recommandations s’appuient sur les études qui ont été présentées et sur les discussions qui se sont déroulées. Ce sont de grands principes généraux qui seront déclinés sous la forme de plans d’action comprenant des moyens et des ressources, par les différents pays, après le Sommet d’octobre.» Le professeur Gasse est confiant dans la suite des choses. «Les principaux organismes de la francophonie étaient présents au colloque, dit-il, ainsi que les ministères du Québec et du Canada qui ont un rôle à jouer dans la promotion de la culture entrepreneuriale. Ils vont intégrer cette notion dans leur discours. C’est déjà beaucoup.»

Yvon Gasse a prononcé une conférence sur le modèle de la démarche entrepreneuriale à l’Université Laval. «Notre modèle est assez unique et il a commencé à se structurer il y a plus de 30 ans, explique-t-il. Nous avons commencé par la recherche. L’enseignement a suivi, ensuite la mise en place d’Entrepreneuriat Laval, une sorte d’incubateur d’entreprises, et du Profil entrepreneurial. Aujourd’hui, une trentaine de programmes de baccalauréat offrent le Profil.» Selon le professeur, ce modèle intégré n’est pas exportable comme tel. «Nous disons aux pays en développement qu’ils doivent adapter le modèle à leur réalité.» Un aspect est beaucoup ressorti durant le colloque: le Québec est perçu comme en avance dans le développement de la culture entrepreneuriale.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!