Vie universitaire

Place aux ambassadeurs de demain

Pour son premier discours de la rentrée, la rectrice Sophie D'Amours invite l'ensemble de la communauté universitaire, dont tous les étudiantes et étudiants, à construire l'avenir de notre université

Par : Claudine Magny
La rectrice lance un appel particulier aux étudiants en invitant ceux-ci à être de véritables parties prenantes des consultations
La rectrice lance un appel particulier aux étudiants en invitant ceux-ci à être de véritables parties prenantes des consultations
Pour Sophie D'Amours, l'arrivée à la fois d'une nouvelle équipe de direction et l'échéance du Plan stratégique UL s'avèrent une occasion en or pour lancer cet appel à la communauté: participer, ensemble, à l'élaboration de cette stratégie marquante pour l'avenir de l'Université.

Certes, il y a ces incontournables, tels les grands dossiers présentés lors de la course au rectorat le printemps dernier, comme les Chantiers d'avenir – qui viseront notamment à favoriser davantage l'approche pédagogique interdisciplinaire pour résoudre de grands défi s de société –, mais pour la rectrice, il n'en demeure pas moins que les assises de la planification stratégique de l'Université doivent être lancées par l'ensemble de la communauté. Elle interpelle d'ailleurs particulièrement les étudiants en les invitant à être de véritables parties prenantes de ces consultations.

«Le profil démographique de nos étudiants n'est pas du tout le même qu'il y a 15 ans, précise Sophie D'Amours. Plus de 50% d'entre eux ont des profils dits “non traditionnels”, c'est-à-dire qu'ils sont parents, étudiants internationaux, sur le marché du travail, sujets à des interruptions fréquentes, aux études par l'intermédiaire de plateformes numériques, etc. Et les chiffres nous révèlent que l'Université Laval accueille plus de 46 000 étudiants. Or, juste ça nous démontre à quel point on doit poser un regard différent sur notre offre de programmes d'études, nos approches et nos façons de faire. De plus, on constate que nos formations courtes génèrent de plus en plus d'intérêt. Alors, on peut se poser la question suivante: “La formation tout au long de la vie devrait-elle avoir une plus grande place, chez nous, à l'Université Laval?”»

Au nombre des pistes de réflexion qui seront également abordées figure, certes, la valorisation de la recherche. «Un autre aspect qui doit nous interpeller et nous rassembler est évidemment l'importance de notre recherche, qui est au cœur de notre mission, mais aussi au cœur du développement de la société», affirme Sophie D'Amours. Selon elle, la recherche doit davantage être valorisée, et ce, tant par l'intensification de nos activités que par le partage de nos connaissances et de nos résultats de recherche dans une plus grande variété de milieux – tels les secteurs privé et gouvernemental. Bref, pas seulement dans le milieu universitaire. Sophie D'Amours va d'ailleurs plus loin en soulignant le fait que nos connaissances pourraient être partagées à un plus grand nombre, dont les populations moins nanties (les peuples du Nord, par exemple). «Bref, repenser la recherche, c'est aussi se donner des outils novateurs, comme des plateformes de diffusion en libre accès», précise-t-elle. De plus, estime-t-elle, «une grande université de recherche comme la nôtre doit mettre ses étudiants en contact avec l'univers de la recherche beaucoup plus tôt dans leur parcours. L'étincelle doit jaillir dès les premiers instants!»

Dans son discours, la rectrice s'adresse aussi aux diplômés de l'Université, qu'elle nomme les «nouveaux ambassadeurs». Pour elle, ils sont devenus non seulement de véritables moteurs de la société d'aujourd'hui, mais aussi la preuve vivante que le passage et le savoir acquis ici génèrent des retombées infinies. «Tous les jours, une ou un diplômé de l'Université Laval prend la parole à l'Assemblée nationale. Tous les jours, elle ou il travaille à un projet de nouvelle entreprise, participe à la quête primordiale de l'avancement des sciences fondamentales et touche un peu plus à l'insondable de la physique quantique, crée une œuvre pour rendre notre milieu de vie et notre culture plus riches. Elle ou il cherche à mieux comprendre, sur le terrain, auprès des gens, la richesse des cultures et des langues autochtones. Dans nos réflexions, nous devons nous inspirer de ces porte-étendards de la fierté UL pour nous donner le courage d'aller de l'avant et de moderniser notre université.»

La rectrice est fort consciente qu'une telle consultation publique fera place à beaucoup de changements et que tous devront donc faire preuve de courage. «À la base, cette expérience unique implique un réel engagement, que nous sortions tous de notre zone de confort et que nous revoyions nos paradigmes, nos valeurs, nos façons de faire. Tout ceci amènera nécessairement des changements, comme allouer des ressources à des efforts nouveaux, fermer des chapitres, etc. Alors oui, pour aller au bout de nos idées, ça demande, à nous tous, du courage. Mais moi, j'ai envie d'essayer, de passer à l'action et de définir, ensemble, notre propre trajectoire.»

Consultez le discours intégral

Lisez l'autre article du Fil à ce sujet

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!