Vie universitaire

Méchante langue

L’anxiété et le sentiment d’incompétence affecteraient la compréhension des textes en anglais chez certains étudiants

Par : Renée Larochelle
En tant qu’étudiant francophone, êtes-vous stressé à la pensée de lire des textes en anglais? L’idée d’avoir à en expliquer le contenu à vos pairs vous embarrasse-t-elle? Craignez-vous que les autres étudiants croient que vous avez des difficultés dans cette langue? Si vous avez répondu affirmativement à ces questions, vous ne différez pas tellement des 102 étudiants universitaires de 1er cycle qui ont participé à une recherche menée par Marc Lafontaine, chargé d’enseignement au Département de langues, linguistique et traduction et par Linda De Serres, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Les résultats de cette étude, dont les résultats ont été publiés récemment dans La revue canadienne des sciences du comportement, montrent clairement que l’anxiété jouerait un rôle dans la compréhension de textes. Répondant à un questionnaire portant sur leurs habitudes de lecture, les participants qui se disaient anxieux d’avoir à lire un texte en anglais ont en effet récolté des résultats inférieurs lors du test de compréhension de textes en anglais qu’ils devaient effectuer par la suite. En somme, l’anxiété jouerait un rôle important dans la compréhension des textes chez certains étudiants.

Le regard d’autrui
«On savait déjà que les stratégies de lecture influençaient le processus de compréhension de textes, souligne Marc Lafontaine. Cependant, très peu de recherches portent sur la motivation ou sur l’anxiété en lecture.» Aux fins de son étude, le chercheur a utilisé trois échelles de mesure: les attitudes envers la lecture en général, la motivation à lire en anglais langue seconde et l’anxiété à devoir lire en anglais langue seconde. L’analyse des données montre que l’anxiété pourrait ne pas se limiter à l’activité de lecture. Le regard d’autrui compte également: on ne souhaite pas que les autres soient témoins de notre incompétence dans le domaine. À preuve certaines réponses à des questions, comme: «En général, je suis embarrassé d’avoir à lire un texte en anglais» et «En classe, je crains que les autres étudiants constatent que je comprends difficilement un texte en anglais», montrent bien que les étudiants sont mal à l’aise de savoir que leurs pairs doutent de leur compétence à lire en anglais.
   
«Moins on se sent compétent à lire un texte en anglais ou à être capable d’en expliquer le contenu, moins on se sent motivé à lire en anglais, explique Marc Lafontaine. Les professeurs doivent être conscients que, d’une part, l’anxiété peut fortement influencer la compréhension des textes en anglais et que, d’autre part, certains étudiants sont réticents à dire qu’ils ne se sentent pas à l’aise d’aborder des textes dans cette langue. Comme les étudiants sont tous plus ou moins confrontés à la lecture de documents en anglais au cours de leurs études, je pense qu’on doit offrir un appui à ceux qui éprouvent des difficultés, en présentant en français le plan détaillé d’un texte à lire en anglais, par exemple.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!