Vie universitaire

Lumière sur la ville

Depuis 30 ans, le Centre d'optique, photonique et laser est un creuset d'innovations et une pépinière d'entrepreneurs

Au cours des trois dernières décennies, les professeurs de l'Université Laval membres du COPL ont participé à la formation de 437 étudiants à la maîtrise et de 267 doctorants, sans compter les 163 stagiaires postdoctoraux qui se sont joints à ses équipes. Ici, le stagiaire postdoctoral Adil Haboucha, maintenant chercheur à l'Université de Rouen, le doctorant Simon Duval et le professeur Réal Vallée examinent un montage expérimental.
Au cours des trois dernières décennies, les professeurs de l'Université Laval membres du COPL ont participé à la formation de 437 étudiants à la maîtrise et de 267 doctorants, sans compter les 163 stagiaires postdoctoraux qui se sont joints à ses équipes. Ici, le stagiaire postdoctoral Adil Haboucha, maintenant chercheur à l'Université de Rouen, le doctorant Simon Duval et le professeur Réal Vallée examinent un montage expérimental.
L'industrie de l'optique-photonique est particulièrement florissante au Québec. En effet, on y trouve 168 entreprises actives dans ce domaine, dont 112 ont pignon sur rue dans la région de Québec. L'effervescence de la Capitale-Nationale dans ce secteur est attribuable en bonne partie à l'Université Laval et aux équipes de son Centre d'optique, photonique et laser (COPL). En effet, depuis sa création il y a 30 ans, ce centre a été non seulement un creuset de découvertes et d'innovations, mais aussi une pépinière de spécialistes qui ont contribué à l'essor de compagnies bien établies ou qui ont mis sur pied leur propre entreprise.

L'Assemblée générale annuelle de l'Académie canadienne du génie, qui se déroule aujourd'hui à Québec, salue d'ailleurs le dynamisme de la communauté de l'optique-photonique de la région en réunissant les acteurs clés du domaine autour du thème «L'entrepreneuriat en optique-photonique». La rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours, et le fondateur et président exécutif du conseil d'administration d'EXFO, Germain Lamonde, tous deux fellows de l'Académie canadienne du génie, prendront la parole en soirée lors du souper d'intronisation des nouveaux membres.

Pour comprendre comment l'écosystème de l'optique-photonique s'est déployé dans la région de Québec, il faut remonter aux débuts des années 1980, signale le directeur du COPL, Réal Vallée. À cette époque, les chercheurs actifs dans ce domaine étaient regroupés au Département de physique et au Département de génie électrique de l'Université Laval ainsi qu'au Centre de recherche et développement pour la défense Canada de Valcartier. «Deux professeurs de physique, Réal Tremblay et See Leang Chin, ont proposé de tirer profit de cette masse critique pour mettre sur pied un institut d'optique», rappelle Réal Vallée.

Jean-Guy Paquet, alors recteur de l'Université Laval, prend le dossier sous en aile et rallie les partenaires de la région autour du projet, espérant faire de cet institut la pierre angulaire du futur Parc technologique du Québec métropolitain dont il était également le promoteur. Appuyée par l'Association canadienne des physiciens et par le Conseil national de recherches du Canada, l'idée d'un institut d'optique fait son chemin. En 1985, les gouvernements du Canada et du Québec s'engagent à financer la création de l'Institut national d'optique (INO), dont le mandat est de favoriser le transfert des avancées en optique-photonique vers l'industrie.

L'année 1988 constitue un autre jalon important dans l'histoire de cette filière puisqu'elle marque la création du Parc technologique du Québec métropolitain. Cette infrastructure a favorisé l'émergence de jeunes entreprises s'inscrivant dans l'économie du savoir, en plus d'insuffler une culture entrepreneuriale à une ville où les emplois étaient surtout liés à l'administration publique.

En 1989, les deux groupes de recherche actifs en optique-photonique de l'Université fusionnent pour former le COPL. «Les chercheurs du secteur physique et ceux du secteur génie ont réalisé qu'il y avait intérêt à collaborer pour accélérer le développement de la recherche et pour avoir accès à certains programmes de financement, explique Réal Vallée. La même logique a prévalu en 2000 lorsque le COPL a intégré des chercheurs des autres universités québécoises.» Ce regroupement stratégique compte aujourd'hui 42 chercheurs et 350 étudiants dans 8 universités québécoises. Du nombre, 21 chercheurs et environ 150 étudiants sont à l'Université Laval.

Au cours des trois dernières décennies, les professeurs de l'Université Laval membres du COPL ont participé à la formation de 437 étudiants à la maîtrise et de 267 doctorants, sans compter les 163 stagiaires postdoctoraux qui se sont joints à ses équipes. Leurs travaux ont conduit à la publication de 1 832 articles scientifiques et à l'obtention de 88 brevets.

«La recherche appliquée occupe une place grandissante en optique-photonique, constate Réal Vallée. L'importance que chaque chercheur accorde à la recherche fondamentale et à la recherche appliquée se fait naturellement, selon ses intérêts et ses priorités. La recherche est une chaîne dont chaque maillon est important. La beauté de l'optique-photonique est qu'elle trouve des applications dans plusieurs domaines scientifiques et industriels. Il est très valorisant de participer à l'avancement des connaissances fondamentales tout comme il l'est de réaliser des percées qui ont des retombées concrètes dans la vie des gens.»

Économie du savoir


Plusieurs entreprises de la région qui tirent leur épingle du jeu à l'échelle internationale ont été mises sur pied par des personnes formées au COPL. Parmi celles-ci se trouvent:

  • EXFO, fondée par Germain Lamonde
  • Optel, fondée par Louis Roy
  • TeraXion, fondée par Alain Chandonnet, Ghislain Lafrance, Martin Guy et l'actuel directeur Alain-Jacques Simard
  • Telops, fondée par François Chenard et Martin Chamberland
  • Coractive, fondée par François Chenard et Fernand Sylvain (auparavant technologue à l'INO) et dont l'actuel directeur est le diplômé en génie physique Claude-Adrien Noël
  • Fiso et Opsens, fondées par Claude Belleville et Gaétan Duplain


À cela s'ajoutent cinq jeunes entreprises:

  • Laserax, créée par Alex Fraser et Xavier Godmaire
  • Bliq Photonique, créée par le chercheur Daniel Côté et Éric Lebel
  • TLCL recherche optique, créée par le chercheur Tigran Galstian
  • Femtum, créée par Louis-Rafaël Robichaud et Simon Duval
  • LumIR, créée par Louis-Philippe Pleau


Selon Québec International, la région de Québec compte 19 centres de recherche et de développement en optique-photonique et 112 entreprises dans ce domaine. Leurs activités procurent 5 900 emplois directs et génèrent un chiffre d'affaires annuel de 1,5 milliard de dollars.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!