Vie universitaire

La passion d'apprendre, même l'été!

Entre mars et août, quelques milliers de passionnés de la connaissance assisteront à l'une ou l'autre des quelque 50 écoles d'été offertes par l'Université sur le campus, ailleurs au Québec ou à l'étranger

Par : Yvon Larose
Cinq formations intensives se dérouleront à l'École internationale d'été de Percé, en Gaspésie.
Cinq formations intensives se dérouleront à l'École internationale d'été de Percé, en Gaspésie.
Touristophobie, justice alimentaire, phénomène du pèlerinage, médecine d'urgence en région isolée, inclusion financière: la programmation 2018 des écoles d'été de l'Université Laval demeure reliée aux grandes questions de l'heure.

De la fin mars à la fin août, l'Université offrira près de 50 écoles d'été. Ces formations intensives, principalement de niveau baccalauréat ou maîtrise, s'adressent aux étudiants universitaires d'ici et d'ailleurs. Plusieurs d'entre elles sont ouvertes à des personnes qui désirent un perfectionnement professionnel ou qui souhaitent enrichir leurs connaissances. En général, la durée des formations varie entre une semaine et dix jours. Le participant se prépare à distance et suit sa formation en présentiel. Les écoles d'été attirent chaque année quelque 5 000 personnes. Le plus grand nombre fréquente l'École de langues, qui offrira cette année des cours intensifs de français et d'anglais, mais aussi d'espagnol, de chinois, de japonais et de russe.

«L'Université Laval occupe toujours la tête du classement des universités québécoises et canadiennes en matière d'écoles d'été, affirme l'adjointe du vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé, également responsable des écoles d'été, Marie-Andrée Doran. Personne d'autre n'a une offre de cette ampleur et de cette diversité.»

Le coup d'envoi de la programmation 2018 sera donné par la Faculté des lettres et des sciences humaines. La formation offerte porte sur l'approche neurolinguistique dans l'apprentissage d'une langue seconde ou étrangère en milieu institutionnel. L'école se tiendra d'abord à Rouen, en France, du 26 au 30 mars. Elle se poursuivra sur le campus de l'Université Laval du 28 avril au 2 mai.

Du 15 juillet au 29 août, cinq formations intensives se dérouleront à l'École internationale d'été de Percé, en Gaspésie. Deux d'entre elles ont une dimension entrepreneuriale. Un atelier visera la conception de prototypes d'objets et de produits. Un autre sera un forum au cours duquel des chercheurs présenteront des projets de recherche sur les bioressources de la région pouvant avoir des retombées commerciales. «La Gaspésie est une région éloignée, souligne Marie-Andrée Doran, et nous voulons apporter notre contribution sur le plan économique. Nous voulons notamment faire du design un levier économique régional.»

Toujours en Gaspésie, la Faculté de théologie et de sciences religieuses tiendra une pratique pèlerine du 18 au 25 août. L'activité consistera en un parcours de six jours de randonnée sur la pointe de Gaspé, entre Rivière-au-Renard et Percé. Le pèlerinage offrira aux participants l'espace pour questionner les fondements de leur spiritualité.

Cette année, les participants aux écoles d'été se voient offrir pas moins de 11 séjours à l'étranger, dont deux au Maroc et autant en Chine. Les autres destinations sont les États-Unis, le Mexique et la Colombie, la France, l'Espagne, la Norvège et les Pays-Bas. Du 4 au 13 juin, l'Institut du patrimoine culturel se tournera vers Barcelone, en Espagne. L'école d'été aura pour thème «Barcelomania et touristophobie: muséalité et urbanité poussées à l'extrême». En quelques années, la capitale de la Catalogne s'est métamorphosée pour devenir l'une des plus importantes destinations touristiques au monde. Cette situation a entraîné des actions et des manifestations citoyennes antitouristiques. «Quand une ville voit sa population doubler, l'économie locale en profite, indique Marie-Andrée Doran. Mais cela peut avoir un effet déstabilisant pour la population résidente. On doit se pencher sur de tels phénomènes pour voir que le développement touristique doit respecter davantage les gens et les lieux.»

Le Vice-rectorat à la recherche, à la création et à l'innovation est présent cette année dans la programmation des écoles d'été. Une des deux formations offertes par l'École doctorale internationale, à l'initiative du programme Sentinelle Nord, se tiendra en juillet. Celle-ci affiche, cependant, complet. Elle se déroulera à bord du brise-glace de recherche canadien NGCC Amundsen dans la mer de Baffin et les fjords de l'île de Baffin, dans le cadre d'un programme de recherche océanographique.

Parmi les autres nouveautés, mentionnons PROTO 10, un programme d'été pour entrepreneurs offert par Entrepreneuriat Laval du 21 mai au 27 juillet. Cette formation est conçue pour favoriser le démarrage d'entreprises et pour soutenir les entrepreneurs nouvellement diplômés et les étudiants entrepreneurs. La Faculté de médecine offrira, pour sa part, un stage de médecine d'urgence en région isolée, plus précisément à Murdochville.

«Avec 11 écoles d'été dans d'autres pays et beaucoup de professeurs invités dans les écoles offertes sur notre campus, ces formations estivales sont une fenêtre sur le monde pour nos étudiants», soutient, pour sa part, Nicole Lacasse, directrice des affaires internationales et de la francophonie au Vice-rectorat aux affaires externes, internationales et à la santé.

En plus des écoles d'été comme telles, l'Université Laval proposera quelque 1 300 cours réguliers sur son campus ainsi que 190 cours à distance à la session d'été.

La période d'inscription aux écoles d'été créditées et non créditées est en cours. Plus d'information.




Sagrada-Familia-et-touristes-credit-Juanedc

Du 4 au 13 juin, des étudiants examineront la ville de Barcelone, capitale de la Catalogne, sous l'angle de la «Barcelomania» et de la «touristophobie».

Photo: Juanedc

navire-Amundsen-credit-Garde-cotiere-canadienne

À l'initiative du programme Sentinelle Nord, une formation intensive sera offerte à bord du brise-glace de recherche canadien NGCC Amundsen.

Photo: Garde côtière canadienne

pratique-pelerine-gaspesie-cr-eric-laliberte

Une pratique pèlerine aura lieu en Gaspésie, entre Rivière-au-Renard et Percé.

Photo: Éric Laliberté

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!