Vie universitaire

Je suis DD en déplacement!

Le Fil présente une série d’articles sur les 10 grandes actions en développement durable que vise l’Université Laval pour les trois prochaines années et qui guideront nos gestes collectifs et individuels. Cette semaine: le déplacement durable.

Par : Matthieu Dessureault
Mélanie Darveau, employée de la Direction des communications, a décidé de ne pas avoir de voiture. Le transport collectif lui permet de passer du temps de qualité avec sa fille, Charlotte, avant d’aller travailler.
Mélanie Darveau, employée de la Direction des communications, a décidé de ne pas avoir de voiture. Le transport collectif lui permet de passer du temps de qualité avec sa fille, Charlotte, avant d’aller travailler.
Mélanie Darveau est une habituée du transport en commun. Chaque matin, cette employée de la Direction des communications prend l’autobus avec sa fille, la petite Charlotte. D’abord, elle la reconduit à son école, dans le quartier Montcalm, puis reprend la route en direction du pavillon Maurice-Pollack. Le trajet, qui dure une vingtaine de minutes, lui permet de se déplacer sans tracas jusqu’à son lieu de travail. «Avec le Métrobus, c’est rapide et pratique. Je n’ai pas d’auto à déneiger durant l’hiver, ni à payer pour une vignette de stationnement. Cela me permet de commencer ma journée tranquillement; je lis, je jase avec des collègues, j’écoute de la musique avec Charlotte. C’est elle qui choisit les chansons!»

Lorsque le temps le permet, la jeune maman n’hésite pas à sortir le vélo. Avec 7,7 kilomètres de pistes cyclables sur le campus, elle peut s’en donner à cœur joie. Récemment, on a ajouté une voie sur l’avenue du Séminaire, qui relie la rue de l’Université et le chemin Sainte-Foy. «En plus d’être desservie par un excellent réseau, l’Université offre plusieurs installations pour faciliter le déplacement, comme des bornes de réparation de vélo ou l’atelier de la Coop Roue-Libre.» Pour des trajets plus longs, elle se tourne vers le service Auto-mobile de Communauto, implanté cet été près du pavillon H.-Biermans-L.Moraud, qui lui permet de louer une voiture sans réservation.

Comme elle, plusieurs employés et étudiants multiplient les modes de déplacement pour venir sur le campus. Cette tendance s’explique en partie par la perte de popularité de la voiture en solo. Les déplacements des membres de la communauté universitaire sont responsables de 21,4% des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de l’Université. À elle seule, la voiture représente l’équivalent de 7 900 tonnes. Afin de promouvoir des options plus écologiques, la direction a mis en place un plan d’action pour les trois prochaines années. L’objectif? Réduire la proportion de permis de stationnement annuels vendus par employés et étudiants à temps plein de 8% par rapport au niveau de 2012-2013.

«Nous avons réalisé en 2012 un plan de gestion des déplacements, qui énumérait une série d’actions pour encourager les gens à choisir des modes de transport alternatifs à la voiture. Depuis, beaucoup de chemin a été fait, notamment en ce qui concerne les installations pour les cyclistes et le réaménagement d’intersections sécuritaires pour les piétons. Mises ensemble, ces mesures viennent soutenir les gens dans leur décision. Ils peuvent alterner les modes de déplacement, que ce soit le vélo durant l’été, la marche l’automne et l’autobus en hiver», explique Claudie Tremblay, coordonnatrice en mobilité durable au Service de sécurité et de prévention.

L’une des mesures instaurées par son équipe est le permis de stationnement journalier occasionnel à tarif préférentiel. Il s’agit d’une vignette en vigueur pendant une journée seulement, pour ceux qui ont besoin de leur auto à l’occasion. L’Université offre aussi à ses employés permanents L’abonne BUS, soit un rabais sur le laissez-passer annuel du Réseau de transport de la Capitale et de la Société de transport de Lévis. Elle a ajouté des casiers à vélo, aménagé des sentiers, réduit les espaces de stationnement. Pour ceux qui utilisent leur voiture régulièrement, il existe le programme de compensation volontaire des émissions de gaz à effet de serre. Ils n’ont qu’à ajouter des fonds au moment du paiement de leur vignette de stationnement. L’argent amassé sert à planter des arbres à la Forêt Montmorency, qui agit comme un puits de carbone grâce à la photosynthèse.

Daniel Forget, qui travaille à la Direction générale des programmes de premier cycle, fait partie des 1 252 donateurs. Jusqu’à récemment, il voyageait en autobus, de Charny à Sainte-Foy. Or, avec l’arrivée d’un deuxième enfant, qu’il doit accompagner à la garderie tous les jours, il a opté pour le covoiturage. «Le programme de compensation est une manière de se déculpabiliser, certes, mais aussi de faire sa part pour l’environnement. Ce que j’apprécie, c’est que l’Université investit la somme équivalente à celle qui est versée par le participant. C’est une occasion qui nous est donnée d’encourager de belles valeurs», dit-il.

La campagne «J’embarque! Les rendez-vous de la mobilité durable», qui vise à encourager les gens à opter pour un mode de transport autre que l’auto en solo, se déroulera du 16 au 25 septembre. Pour l’occasion, de nombreuses activités sont prévues sur le campus. La programmation est disponible à l’adresse bit.ly/2cJgf0m.

Le déplacement durable à l’Université, c’est notamment:



  • 7,7 kilomètres de pistes cyclables

  • 17,5 kilomètres de sentiers piétonniers

  • 6 bornes de recharge pour véhicules électriques

  • Un service gratuit de covoiturage


Pour consulter les autres articles de la série DD :

Je suis DD en recherche! https://www.lefil.ulaval.ca/suis-recherche-38578/

Je suis DD en formation! https://www.lefil.ulaval.ca/suis-formation-38734/

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!