Vie universitaire

Favoriser l’inclusion sociale des aînés

L’Université Laval reçoit 4M$ pour mettre sur pied un projet d’intervention et de recherche pour inclure davantage les aînés dans la société

Le projet d’intervention et de recherche L’inclusion sociale des aînés: un enjeu collectif bénéficiera d’une subvention de quatre millions de dollars pour cinq ans du programme Nouveaux Horizons pour les aînés d’Emploi et Développement social Canada.

La rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, le codirecteur de l’Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés (IVPSA), André Tourigny, et le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, ont annoncé ensemble cette contribution, le mardi 10 septembre au pavillon Alphonse-Desjardins, afin de favoriser l’inclusion sociale des aînés sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

De passage sur le campus, le ministre Jean-Yves Duclos a ainsi souligné la mise sur pied de ce projet et félicité l’Université Laval et l’IVPSA d’avoir reçu une subvention importante d’un programme très compétitif. Plus de 200 organisations avaient ainsi soumis une demande à ce programme. «Nous célébrons avec raison aujourd’hui le début d’un projet sur l’inclusion sociale des aînés de la région de Québec et sur cet enjeu collectif. Ce projet de quatre millions de dollars permettra d’être plus proche de nos aînés, d’aider tout le monde à se sentir bien, en dignité et en sécurité, avec l’expertise de l’équipe de l’IVPSA», a enchaîné Jean-Yves Duclos.

Ce projet d’inclusion sociale des aînés puisera dans l’expertise de l’IVPSA, provenant de plus de 30 professeurs et de 65 étudiants de 7 facultés et dans sa capacité à travailler avec près de 80 membres partenaires des secteurs communautaire, public ou privé. L’expertise universitaire et le savoir expérientiel seront mis à contribution pour favoriser l’inclusion sociale des aînés au sein de la CMQ.

La combinaison entre la science et la société fait la force de l’IVPSA, selon la rectrice Sophie D’Amours. «Ce trait d’union entre la science et la société, qui est porté par un engagement de servir, un engagement de pertinence, un engagement de volonté de faire la différence, c’est cela qu’on célèbre aujourd’hui», a-t-elle souligné lors de l’annonce. «C’est ce trait d’union fort qui a été construit pendant plusieurs années par l’institut et par ses chercheurs de différentes disciplines. Être capable de relever le défi qui est sur la table aujourd’hui, ce projet d’inclusion sociale des aînés, demande de l’expertise en médecine sociale et préventive, en pharmacie, en aménagement, en sciences infirmières, en droit et j’en passe», a mentionné la rectrice.

«Ce lien entre la société et la science est important, tout le temps», a-t-elle poursuivi. «Et particulièrement sur ce dossier, où l’on veut prendre soin de nos aînés, où l’on veut coconstruire avec ce tissu social, communautaire, avec les services publics aussi, pour avoir une démarche qui va se différencier».

Le projet réunira autour d’une vision partagée des aînés et de nombreux acteurs des secteurs de la santé, du transport, du soutien aux aînés et de la recherche. «Nous aspirons à ce que la CMQ devienne un lieu modèle pour le vieillissement actif et en santé, dans lequel l’ensemble des membres de la communauté collabore et où des partenariats par, pour et avec le milieu sont formés pour favoriser l’inclusion sociale des aînés, qui représentent 19,3% de la population totale de la CMQ, soit 152 600 individus», a ajouté André Tourigny.

Le projet priorisera les aînés de 65 ans et plus vivant des situations d’exclusion ou risquant d’en vivre du fait d’habiter dans des secteurs présentant de hauts indices de défavorisation ou en milieu rural, ou encore d’appartenir à une minorité linguistique ou à une communauté autochtone. Au moins cinq secteurs ou communautés de la CMQ – qui inclut l’agglomération de Québec, la ville de Lévis, les municipalités régionales de comtés de La Côte-de-Beaupré, de La Jacques-Cartier et de l’Île-d’Orléans – seront ciblés pour l’implantation d’actions ou de services visant à inclure les aînés.

Au cours de la première année du projet, l’accent sera mis sur l’élaboration d’un plan d’action en partenariat avec plusieurs organismes communautaires, publics ou privés. Ce plan comportera des objectifs partagés et des résultats communs, de même que des outils visant à évaluer le degré d’atteinte des objectifs en matière d’inclusion sociale des aînés.

«Mon rêve, le vôtre aussi, c’est que Québec, notre grande région, soit une référence dans le monde pour sa façon d’assurer cette inclusion, cette participation plus grande des aînés dans toutes les activités de notre vie, ce qui demande des efforts particuliers. Il faut rendre les lieux plus accessibles et reconnaître toute la richesse qu’apportent nos aînés à Québec», a conclu la rectrice.

Lors d’une conférence de presse tenue à l’Université Laval, la rectrice de l’Université Laval Sophie D’Amours, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, et le codirecteur de l’Institut sur le vieillissement et la participation des aînés, André Tourigny, ont annoncé une contribution financière de 4M$ du programme Nouveaux Horizons pour les aînés d’Emploi et Développement social Canada au projet L’inclusion sociale des aînés: un enjeu collectif.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!