Vie universitaire

Entente sur l'équité salariale

L’Université versera des ajustements salariaux qui seront rétroactifs au 21 novembre 2001

Par : Yvon Larose
Denis Brière: «Nous avons toujours dit que les relations de la direction de l'Université avec les syndicats étaient importantes. L'entente vient de faire en sorte qu'elles soient positives».
Denis Brière: «Nous avons toujours dit que les relations de la direction de l'Université avec les syndicats étaient importantes. L'entente vient de faire en sorte qu'elles soient positives».
Le jeudi 1er novembre, les trois représentants de l’Université et les six représentants du Syndicat des employés et employées de l’Université Laval (SEUL) qui composent le Comité d’équité salariale SEUL-UL en sont venus à une entente dans le dossier de l’équité salariale. Le même jour, la conciliatrice responsable du dossier de l’Université à la Commission d’équité salariale a confirmé que le programme d’équité salariale complété remplit les conditions prévues à la Loi sur l’équité salariale. La prochaine étape consistera à afficher les résultats des travaux du Comité, ce qui se fera sous peu. Les personnes salariées auront 60 jours pour réagir et le Comité aura 30 jours pour répondre aux questions. Si aucune plainte n’est formulée, l’Université procédera, sur une période de cinq ans, au versement des ajustements salariaux, lesquels seront rétroactifs au 21 novembre 2001. Par la suite, l’Université devra maintenir l’équité salariale.

Le Syndicat des employés et employées comprend 1 776 membres, dont les deux tiers sont des femmes. Il aura fallu trois années de discussions pour aboutir à cette entente qui couvre les catégories d’emplois à prédominance féminine, tel qu’exigé par la Loi. Un premier affichage des résultats des travaux du Comité a eu lieu en avril 2005. D’avril à mai 2005, le Comité a procédé à une cueillette d’information à l’aide d’un questionnaire d’analyse des emplois. En juin 2006 a eu lieu une rencontre de conciliation sur la question de la courbe salariale à utiliser pour le calcul des écarts salariaux.

«Ce dossier constituait une priorité pour la nouvelle direction de l’Université, explique le recteur Denis Brière. Le règlement intervenu envoie un bon signal, celui d’une direction capable de régler des dossiers importants et capable d’investir dans les ressources humaines. Les coûts associés à cette opération, nous les voyons réellement comme un investissement. Selon nous, de meilleures conditions salariales entraîneront une meilleure qualité de vie qui amènera les personnes à offrir de meilleurs services. J’ai toujours dit que nos ressources humaines étaient importantes. On vient de le prouver.»

Pour le vice-recteur aux ressources humaines, Michel Beauchamp, l’entente constitue l’aboutissement d’un processus long et complexe qui vient corriger une situation problématique structurelle. «Il s’agissait d’un enjeu important, poursuit-il, d’un défi pour un établissement universitaire de la taille de Laval. Nous sommes persuadés que les discussions qui ont abouti à un règlement peuvent démontrer qu’un dialogue continu avec des partenaires à l’interne peut être productif.» Le président du SEUL, Luc Brouillette, se dit très heureux du dénouement. «L’entente, pour nous, est un dû, affirme-t-il. Elle porte sur des fonctions féminines qui sont enfin reconnues à leur juste valeur. La nouvelle direction de l’Université comprenait notre message. Nous n’avons jamais été loin les uns des autres.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!