Vie universitaire

Du soutien pour la recherche dans l'Arctique

Le brise-glace de recherche canadien NGCC Amundsen reçoit 4,5M$ pour assurer son fonctionnement

Le brise-glace de recherche canadien NGCC Amundsen reçoit un financement de 4,5M$ de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) pour assurer son fonctionnement. Cet appui supplémentaire permettra d'offrir aux utilisateurs de l'Amundsen plus de temps en mer et d'améliorer le service technique pour le déploiement d'équipements scientifiques du navire.

«Cette contribution accrue annoncée aujourd'hui à Saskatoon par l'honorable Kirsty Duncan, ministre des Sciences et des Sports, illustre une fois de plus le rôle capital de la FCI dans la création et le maintien de la capacité du pays à mener des recherches collectives d'envergure», souligne Louis Fortier, professeur du Département de biologie de l'Université Laval et président-directeur général d'Amundsen Science. Basée à l'Université Laval, Amundsen Science est la société qui gère le programme scientifique de l'Amundsen pour les utilisateurs canadiens et étrangers de l'infrastructure.

L'Amundsen est équipé de 72 systèmes scientifiques sophistiqués – véhicules sous-marins autonomes, laboratoires ultrapropres, batterie de sonars, etc. – permettant d'étudier tous les aspects de l'océan Arctique. Utilisés dans des conditions extrêmes, plusieurs de ces systèmes voient leur cycle de vie raccourci. «Ce nouvel octroi va nous permettre de remplacer plusieurs systèmes en fin de vie utile, incluant le véhicule sous-marin téléguidé (ROV) utilisé pour explorer les grandes profondeurs de l'Arctique, le sonar multifaisceaux qui cartographie les fonds marins, et l'échosondeur scientifique EK60 pour l'étude du plancton et des poissons», explique Alexandre Forest, directeur exécutif d'Amundsen Science.

«Voilà une excellente nouvelle pour les nombreux utilisateurs scientifiques du NGCC Amundsen, incluant les armées d'étudiants aux cycles supérieurs, qui peuvent accéder à l'océan Arctique et aux mers subarctiques canadiennes pour y conduire leurs recherches grâce au brise-glace et à ses équipements scientifiques», mentionne le professeur de l'Université de Calgary et leader du programme GENICE de Génome Canada, Casey Hubert, qui utilise le brise-glace et son ROV pour étudier la biodégradation du pétrole par les micro-organismes marins.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!