Vie universitaire

Dommages collatéraux

Les bactéries qui causent des maladies parodontales peuvent perturber la grossesse

Par : Jean Hamann
Un bon nettoyage dentaire et l'utilisation d'un rince-bouche inhibant la croissance de certaines bactéries buccales pourraient-ils réduire le risque de prééclampsie et d'accouchement prématuré? On serait porté à le croire à la lumière d'une étude publiée dans un récent numéro du Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada par une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine et de la Faculté de médecine dentaire.

Les maladies parodontales résultent de la lutte que se livrent certaines bactéries buccales et les cellules du système immunitaire. Cet affrontement conduit à une inflammation des tissus qui entourent les dents. Pour sa part, la prééclampsie est une forme d'hypertension artérielle qui se manifeste dans près de 5% des grossesses et qui entraîne un retard de croissance du bébé. Si elle n'est pas traitée, cette condition peut conduire à l'éclampsie et causer des convulsions qui mettent en péril la santé de l'enfant et de la mère. Chaque année, ce problème entraîne la mort d'environ 100 000 femmes à travers le monde.

Plusieurs études menées au cours des dernières années ont évoqué un lien possible entre la prééclampsie et les maladies parodontales. Afin d'approfondir l'association entre ces deux problèmes, les chercheurs de l'Université ont recruté 258 femmes alors qu'elles étaient entre leur 15e et leur 24e semaine de grossesse. L'examen buccal des participantes a révélé que 45% d'entre elles montraient des signes de maladies parodontales. «La prévalence de ce problème est de 10 à 15% dans la population, mais elle est plus élevée chez les femmes enceintes, souligne le responsable de l'étude, Emmanuel Bujold, de la Faculté de médecine. Pendant la grossesse, les gencives sont plus fragiles et saignent plus facilement.»

Le suivi des participantes a permis d'établir que ces maladies buccales augmentent de six fois le risque de prééclampsie. Les chercheurs ont aussi observé un taux de prématurité plus élevé dans le groupe de femmes avec maladies parodontales, mais la différence n'était pas significative sur le plan statistique. Le même constat s'applique pour les marqueurs d'inflammation dans le liquide amniotique. «Nos résultats vont dans la même direction que ceux d'études antérieures qui suggéraient que les maladies parodontales et la prééclampsie étaient liées», résume le professeur Bujold. Il existe deux hypothèses pour expliquer le lien entre ces problèmes de santé, rappelle-t-il. La première est que l'inflammation associée aux maladies parodontales peut devenir systémique et rendre les vaisseaux du reste du corps plus sensibles à l'hypertension. La seconde est que les bactéries buccales se propagent jusqu'à la cavité amniotique où elles provoquent une infection suivie d'une inflammation.

Même si plusieurs questions sont encore en suspens, le professeur Bujold y va de quelques conseils à l'intention des femmes préoccupées par le sujet. «Si vous prévoyez devenir enceinte, il serait bon de consulter votre dentiste. Un nettoyage dentaire qui élimine le biofilm de bactéries permet de prévenir ou de traiter les maladies parodontales. Pour les femmes déjà enceintes, des études suggèrent que l'utilisation périodique d'un rince-bouche bactéricide diminue le risque de prématurité.»

L'étude parue dans le Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada est signée par Laurence Soucy-Giguère, Amélie Tétu, Yves Giguère et Emmanuel Bujold, de la Faculté de médecine et du CHU de Québec – Université Laval, et par Simon Gauthier, Marianne Morand et Fatiha Chandad, de la Faculté de médecine dentaire.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!