Vie universitaire

Deux nouveaux services à la Faculté de médecine

Par : Yvon Larose
Depuis bientôt un an, la Direction des affaires étudiantes (DAE) de la Faculté de médecine offre aux étudiants un service d’aide pour la gestion de leurs finances personnelles ainsi qu’un service d’aide à ceux qui subissent de l’intimidation ou du harcèlement.

Selon Fabien Gagnon, professeur au Département de psychiatrie et directeur de la DAE, les étudiants de médecine, de par leur situation particulière, sont sujets, dès le début de leurs études, à de nombreuses sollicitations de la part d’institutions financières qui leur offrent de généreuses marges de crédit. «Un endettement sérieux guette les étudiants, explique-t-il. On leur offre un accès facile au crédit parce qu’un futur médecin est considéré comme solvable. C’est un piège. En 2003 au Canada, l’étudiant qui terminait sa spécialité médicale avait, en moyenne, 140 000 $ de dettes. Cela représente une pression énorme sur le jeune professionnel qui entreprend sa carrière.»

Le travail de sensibilisation se fait en collaboration avec le Regroupement des étudiantes et étudiants en médecine. Dans des rencontres d’information sur la gestion du budget, on insiste notamment sur les risques de l’endettement et sur l’importance des assurances. «L’objectif, indique Fabien Gagnon, est d’expliquer aux étudiants comment ne pas s’endetter dès le premier cycle. Des spécialistes viennent leur expliquer quels sont les pièges financiers à éviter.»

Les étudiants qui se croient victimes d’intimidation ou de harcèlement sont invités à communiquer avec la DAE. Selon Fabien Gagnon, de tels cas sont très rares à la Faculté. Ils surviennent plutôt, bien que peu souvent et de moins en moins fréquemment, lorsque les étudiants sont en stage en milieu hospitalier. «Nous avons un peu plus de 3 000 professionnels superviseurs de stages rattachés à la Faculté, souligne-t-il. En ce qui concerne l’intimidation, le superviseur ne réalise pas toujours toute la pression, parfois injustifiée, qu’il peut imposer à un étudiant. Cela peut arriver, par exemple, en disant à l’étudiant qu’il n’a vu que deux patients dans son avant-midi alors que les résidents, d’habitude, peuvent en voir quatre. C’est parfois vrai. Mais ces choses peuvent être dites différemment.»

La DAE intervient dans les situations reliées à l’intimidation et au harcèlement. Un intervenant peut jouer le rôle de médiateur. «On peut retirer immédiatement un étudiant de son milieu de stage, tant dans les cas d’intimidation que de harcèlement, explique Fabien Gagnon. Mais notre approche demeure d’abord la prévention.» Pour plus d’information: w3.fmed.ulaval.ca/site_fac/les_services_et_ressources/

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!