Vie universitaire

Des mesures structurantes

Le Sommet sur l’avenir du secteur forestier débouche sur une volonté commune de renforcer le secteur et d’aider les travailleurs et les communautés à sortir de la crise

Par : Yvon Larose
Denis Brière: «Nous allons poursuivre le processus du Sommet pour faire en sorte que l'on puisse influencer les façons de faire ainsi que le contenu du nouveau régime forestier».
Denis Brière: «Nous allons poursuivre le processus du Sommet pour faire en sorte que l'on puisse influencer les façons de faire ainsi que le contenu du nouveau régime forestier».
«Un succès total.» C’est par ces mots qu’Alban D’Amours, président et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins a qualifié, en point de presse, le Sommet sur l’avenir du secteur forestier québécois qui venait de prendre fin hier, le mercredi 12 décembre, dans un grand hôtel de Québec. Selon le président d’honneur de l’événement organisé par l’Université Laval, événement qui a réuni plus de 150 groupes et entreprises représentant toutes les sphères du milieu forestier, «les consensus établis durant la rencontre vont mener à des actions certaines».

Les membres de la Table des partenaires du Sommet se sont entendus sur les points suivants: associer les Premières Nations à la gestion des forêts, examiner de nouveaux modes de tenure et de gouvernance des forêts et leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux, et adopter une politique visant à augmenter l’utilisation du bois dans la construction au Québec. Ils ont également fait consensus sur l’urgence d’établir, en 2008, un réseau d’aires protégées sur 8 % du territoire, adopter des outils pour appliquer la gestion intégrée des ressources, généraliser la certification des pratiques forestières à l’ensemble du territoire et, enfin, doubler d’ici 25 ans la valeur tirée de l’ensemble des ressources de la forêt. «Les consensus dont on a fait état aujourd’hui vont requérir un environnement législatif propice à l’action, a expliqué Alban D’Amours. Dans le Livre vert du ministre des Ressources naturelles et de la Faune, on devrait retrouver cet environnement pour que le secteur forestier puisse sortir rapidement de la crise actuelle, mais de manière ordonnée et structurée.»

Le recteur Denis Brière agissait comme président du Sommet. Il s’est dit «particulièrement fier» que les partenaires du Sommet se soient donné une vision commune «capable de motiver les travailleurs et les communautés à surmonter la crise, tout en s’inscrivant dans les principes du développement durable». «Le Sommet est maintenant terminé, a-t-il indiqué, mais l’Université Laval et tous les intervenants se sont engagés à poursuivre le processus jusqu’à ce qu’un mécanisme plus permanent soit mis en place.»

Dans son allocution, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, a souligné l’importance de la rencontre. «Il nous faut un nouveau régime forestier, a-t-il déclaré, et le Sommet en sera la base.» Guy Chevrette, président du Conseil de l’industrie forestière du Québec, a insisté sur l’utilité de l’exercice. «Nous avons appris à nous écouter les uns les autres, a-t-il dit. Comme on se connaît mieux, la suite des choses sera plus facile.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!