Vie universitaire

De l'énergie verte, locale et fiable

À Brisbane, quatre étudiants vont promouvoir une solution technologique commercialisable favorisant la transition vers les énergies renouvelables

Par : Yvon Larose
L'équipe UL finaliste du Global Business Challenge 2017: Antoine Audet, Félix Lavoie-Pérusse, Kevin Bélanger et Cimon Boily.
L'équipe UL finaliste du Global Business Challenge 2017: Antoine Audet, Félix Lavoie-Pérusse, Kevin Bélanger et Cimon Boily.
Quatre étudiants inscrits à la maîtrise en administration des affaires s'envoleront sous peu pour l'Australie afin de participer à la finale du Global Business Challenge. La compétition, un concours d'étude de cas, vise à trouver des solutions innovantes et durables à des problèmes globaux. Elle se déroulera du 6 au 9 novembre à l'Université Griffith de Brisbane. L'équipe de l'Université Laval est composée d'Antoine Audet, Cimon Boily et Félix Lavoie-Pérusse, tous inscrits en gestion des entreprises, ainsi que Kevin Bélanger, inscrit en Global Business et affaires électroniques. Le groupe fera face à six autres équipes formées d'étudiants de deuxième cycle en provenance d'Australie, des États-Unis, de Finlande et d'Inde. L'équipe gagnante recevra une bourse de 25 000$, ainsi qu'un financement de 75 000$ pour la commercialisation de son projet.

«Chaque équipe aura 48 heures pour développer sur 50 pages une solution concrète pour une étude de cas, explique Félix Lavoie-Pérusse. La solution, qui sera présentée devant un groupe de juges, devra prendre en compte les problèmes du monde réel et répondre à un cas d'investissement hypothétique. Elle devra être originale, réaliste et complète par rapport à la solution proposée par chacune des équipes en première ronde.»

Cette année, le Global Business Challenge a pour thème l'énergie renouvelable. Dans la première ronde, l'équipe UL était opposée à 97 équipes représentant 37 universités de 13 pays. La solution imaginée par les étudiants de FSA ULaval découle d'une constatation, soit l'importance que prendront les microréseaux (microgrids) pour une meilleure distribution de l'électricité dans l'avenir. Ces microréseaux permettent la production d'énergie renouvelable à petite échelle.

«Notre solution, souligne Félix Lavoie-Pérusse, consiste à combiner différentes technologies existantes. Plusieurs bonnes technologies existent, comme le panneau solaire ou la batterie au lithium, mais elles ne sont pas parfaites puisque, prises individuellement, elles ne peuvent représenter une source d'énergie fiable en tout temps. Le panneau solaire, par exemple, n'emmagasine pas d'électricité par temps nuageux. Notre proposition vise à intégrer certaines de ces technologies à des microréseaux. Ces réseaux, parce qu'ils sont décentralisés, peuvent plus facilement intégrer l'énergie produite par des sources renouvelables, comme l'éolien et le solaire. De plus, contrairement aux grands réseaux d'électricité, les microréseaux sont moins vulnérables aux pannes de courant. Ils sont également performants sur le plan de l'efficacité énergétique.»

La solution UL comprend trois étapes. La première consiste à combiner de petites éoliennes et des panneaux solaires pour produire l'énergie. Cette combinaison permet de compenser les faiblesses respectives de ces technologies, soit l'intermittence du vent et le manque d'ensoleillement. Deuxièmement, la combinaison de batteries au lithium et de roues d'inertie permet un stockage et une redistribution efficace de l'énergie. Une fois combinées, ces technologies compensent, elles aussi, leurs faiblesses respectives. Troisièmement, le modèle d'affaires élaboré par les étudiants vise à créer des partenariats, à partir d'une firme commercialisant de petites éoliennes, avec des fournisseurs de panneaux solaires, de batteries au lithium et de roues d'inertie. L'étape ultime consiste à aborder les organisations à vocation énergétique et les organisations de services publics intéressées à s'organiser en microréseaux.

Les quatre étudiants de l'Université Laval ont tous une expérience de travail en développement international. Ils ont fait leurs études de baccalauréat en économique, en génie informatique, en génie civil et en chimie. Depuis leurs débuts au Global Business Challenge, ils bénéficient de l'encadrement du professeur Yan Cimon, du Département de management. D'autres professeurs de FSA ULaval leur donnent également un coup de main, notamment en finance. Sur le plan technique, les étudiants ont consulté un professeur de la Faculté des sciences et de génie et un autre de l'Université de Sherbrooke. En mars dernier, ils ont participé, à Hong Kong, à une compétition d'étude de cas d'affaires. Au fil des mois, ils ont gagné à leur cause une dizaine de partenaires et de commanditaires privés. «Nous avons la chance d'avoir plusieurs lettres d'intention de partenaires qui souhaitent collaborer à notre projet», affirme Félix Lavoie-Pérusse.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!