Vie universitaire

De la Terre à la Lune

Martin Côté entend contribuer au développement des technologies spatiales afin que l’espace soit un jour accessible au plus grand nombre

Par : Yvon Larose
Aujourd’hui, le jeudi 16 avril, ne sera pas une journée comme les autres pour Martin Côté, étudiant finissant à la maîtrise interuniversitaire en génie aérospatial. Avec dix autres confrères du Québec, de France, du Togo et de Madagascar, il fera la présentation, dans les bureaux de la firme Bombardier Aéronautique à Montréal, de la maquette grandeur nature d’un mât pour réacteur qu’ils ont conçu ensemble durant les sessions d’automne et d’hiver. Le travail s’est fait dans le laboratoire de conception et de fabrication assistée par ordinateur du Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale du Québec, situé à l’École polytechnique. «Le but de l’exercice consistait à simuler une entreprise chargée par Bombardier Aéronautique, Bell Helicopter et le constructeur de moteurs d’avions Pratt & Whitney de concevoir en trois dimensions, puis de construire le prototype réel d’un nouveau mât servant à rattacher un nouveau moteur sur le fuselage arrière de l’avion CRJ-700 de Bombardier», explique Martin Côté.

À l’image de son projet final de maîtrise, Martin Côté a mené une partie de ses études de deuxième cycle loin de Québec. En 2007, il effectue un stage de près de six mois au Centre national d’études spatiales en France. Sa principale tâche consiste à valider un nouveau logiciel capable de prédire le comportement des matériaux composites sous l’effet d’une force. «Le but ultime est de remplacer les nombreuses pièces en métal de la fusée européenne Ariane 5 par des pièces plus légères faites de matériaux composites, indique-t-il. La fusée consommera moins de carburant et les coûts seront réduits.»

À l’été 2008, Martin Côté franchit à nouveau l’Atlantique. Cette fois, il va en Allemagne, plus précisément à Brême, chez l’avionneur Airbus. Pendant quatre mois, il étudie les déplacements du centre de gravité du nouvel avion de transport militaire A400M lors des phases de vol. «La position du centre de gravité est cruciale pour la stabilité de l’avion en vol, souligne-t-il. Le simple remplissage des réservoirs à essence déplace le centre de gravité parce que le poids de l’avion se trouve modifié.»

Bachelier en génie mécanique, Martin Côté a choisi de faire sa maîtrise à Laval à cause du Groupe aérospatial (GAUL). Ce regroupement d’étudiants est le seul au Québec à concevoir et construire des fusées expérimentales. «Je projetais depuis longtemps de construire des fusées, raconte-t-il. Je me suis investi durant six mois dans le GAUL où j’ai beaucoup appris, notamment sur la structure d’une fusée et la procédure de lancement.»

Ce dernier ne prévoit pas faire d’études doctorales. À court terme, il enrichira son expertise en aérospatiale par un stage de deux mois, cet été, à l’Université internationale de l’espace. Il suivra sa formation au NASA Ames Research Center en Californie. Dès qu’il le pourra, Martin Côté a également l’intention de passer son brevet de pilote. «J’en rêve, dit-il, depuis mon stage chez Airbus.»
Fasciné depuis son jeune âge par l’espace, Martin Côté a pour objectif de faire carrière dans le domaine spatial, d’abord comme concepteur de fusées ou d’avions spatiaux, ensuite comme entrepreneur en conception de pièces, de matériaux ou de petits moteurs. «Mais à plus long terme, ajoute-t-il, j’aimerais que mon entreprise soit orientée vers le tourisme spatial. Et à long, long terme, pourquoi pas, contribuer à envoyer des gens vers la Lune!»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!