Vie universitaire

De la coriandre au chou de Chine

Des étudiants approvisionnent deux concessions alimentaires du pavillon Alphonse-Desjardins avec des fruits, des légumes et des fines herbes cultivés selon les principes de l’agro-écologie

Par : Yvon Larose
Deux membres de VIA Agro-écologie, une bénévole et des baies d’argousier : Nicolas Bouchard-Leblanc, Meggie Canuel-Caron et Anne Theodorescu.
Deux membres de VIA Agro-écologie, une bénévole et des baies d’argousier : Nicolas Bouchard-Leblanc, Meggie Canuel-Caron et Anne Theodorescu.
L’été touche à sa fin. D’ici quelques semaines, VIA Agro-écologie, un comité étudiant de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, aura rangé ses outils au terme d’une autre saison de culture de fruits, de légumes et de fines herbes. Cette activité se déroule dans un jardin collectif de plus de 1 000 mètres carrés situé sur le terrain de la Ferme du campus, une infrastructure de recherche située au coin de l’autoroute Robert-Bourassa et du chemin des Quatre-Bourgeois.

Pour une seconde année de suite, les apprentis agriculteurs ont trouvé un important débouché pour leur production : la cafétéria du pavillon Alphonse-Desjardins gérée par Saveurs Campus, une filiale de la Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL). «Nous sommes preneurs pour des fruits comme les baies d’argousier et les cerises de terre, des légumes comme la tomate, le cornichon, le chou de Chine et l’ail, et pour des fines herbes telles que le basilic, le thym et la coriandre», explique le directeur de Saveurs Campus, Louis-Marc St-Pierre.

Les fruits, légumes et fines herbes de VIA Agro-écologie se retrouvent depuis peu au restaurant Le Cercle universitaire. Ce nouvel espace, également géré par Saveurs Campus, a une approche gastronomique locale et abordable. Il est situé au pavillon Alphonse-Desjardins. «Nous utilisons les produits de VIA Agro-écologie dans nos menus du Cercle universitaire, indique Louis-Marc St-Pierre. Il est même mentionné la provenance de ces aliments dans la description des plats sur les menus.» Celui-ci se rappelle sa première rencontre avec les représentants du comité VIA Agro-écologie. «Nous avons été agréablement surpris par le sérieux et le professionnalisme des étudiants, raconte-t-il. Nous avons regardé les menus et nous avons convenu rapidement des différentes denrées que l’on voulait avoir.»

Marjorie Lemire-Garneau, une des membres de VIA Agro-écologie, décrit le contexte de l’époque. «Nous avions souvent beaucoup de surplus de récolte, dit-elle, et nous n’avons pas d’espace d’entreposage, comme des réfrigérateurs, au jardin. L’idée initiale était d’éliminer le gaspillage et la logistique d’écoulement de produits périssables. Cette idée a rapidement résulté en une mission de sensibilisation à l’alimentation écologique, locale et saine.»

La collaboration des étudiants avec Saveurs Campus s’inscrit dans le concept d’alimentation responsable, lequel rejoint la notion de développement durable. S’alimenter de façon responsable, cela veut dire, entre autres, acheter des produits locaux.

Quant à l’agriculture écologique, cette approche consiste à travailler avec la nature et non contre elle. À la Ferme du campus, on ne retourne pas le sol afin de ménager la microfaune et les mycorhizes. On plante aussi des haies brise-vent comestibles, ce qui réduit les besoins en arrosage. L’utilisation de pesticides est évidemment proscrite.

En 2015, VIA Agro-écologie a produit près d’une tonne de fruits, de légumes et de fines herbes. Une bonne partie de cette production est destinée à Saveurs Campus. «Ce que nous cultivons est très diversifié et varie d’une année à l’autre, souligne Marjorie Lemire-Garneau. Nous aimons essayer de nouvelles variétés ou des produits marginaux. Le chef du Cercle universitaire a la possibilité de nous demander des aliments spéciaux difficiles à trouver.»

Pour la présidente de la CADEUL, Vanessa Parent, le partenariat entre VIA Agro-écologie et Saveurs Campus s’inscrit très bien dans le volet développement durable de son association. «Notre politique environnementale, dit-elle, encourage l’approvisionnement local le plus possible. Une initiative étudiante axée sur l’agriculture bio locale rejoint parfaitement notre dossier développement durable.»

Et quelle sera la suite des choses? Selon Louis-Marc St-Pierre, il est clair que la collaboration se poursuivra en 2017. «Je suis vraiment impressionné par les étudiants, affirme-t-il. Leurs fruits, légumes et fines herbes nous sont livrés dans un état impeccable. Ils sont beaux et savoureux. Ils sont fraîchement cueillis, nous les transformons immédiatement et ils vont directement dans l’assiette du client.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!