Vie universitaire

Dans l'arène politique, ou presque!

Du 2 au 6 janvier, une vingtaine d'étudiants de l'Université ont vécu une simulation très réaliste du fonctionnement du Parlement québécois

Par : Yvon Larose
Quelque 140 jeunes âgés de 18 à 25 ans provenant des quatre coins du Québec, la plupart étudiants universitaires, se sont familiarisés avec les rouages du système parlementaire québécois.
Quelque 140 jeunes âgés de 18 à 25 ans provenant des quatre coins du Québec, la plupart étudiants universitaires, se sont familiarisés avec les rouages du système parlementaire québécois.
Ils s'appellent Cécile Gagnon et Romain Vignol. Ils étudient tous deux au premier cycle à l'Université Laval, l'une en philosophie, l'autre en science politique. Du 2 au 6 janvier, ces deux mordus de politique ont vécu une expérience des plus originales à l'hôtel du Parlement du Québec. Comme eux, quelque 140 jeunes âgés de 18 à 25 ans provenant des quatre coins du Québec, la plupart étudiants universitaires, se sont familiarisés avec les rouages du système parlementaire québécois. L'activité s'est déroulée dans l'enceinte de l'Assemblée nationale, dans le cadre du Parlement étudiant du Québec (PEQ). En 31 ans, l'événement a attiré plus de 2 000 jeunes.

«J'aime beaucoup le PEQ et son côté très réaliste, souligne Cécile Gagnon, une habituée de ce genre d'activités. On calque presque parfaitement ce qui se passe en vrai à l'Assemblée nationale. J'aime les débats, j'aime me réunir avec d'autres jeunes et discuter. J'aime aussi le côté pièce de théâtre puisque l'on joue un rôle.» Romain Vignol, lui, en était à une première participation au PEQ. «Je suis issu d'une famille politisée, explique-t-il. Vivre ce que vivent les députés du Québec, m'asseoir où ils siègent dans l'enceinte où de grands personnages ont forgé le Québec depuis 150 ans, cela représentait beaucoup pour moi sur le plan sentimental.»

Durant une semaine, deux partis politiques fictifs ont croisé le fer, les Bleus et les Rouges. Les deux caucus formaient tour à tour le gouvernement et l'opposition officielle. En cinq jours, les deux partis ont présenté six projets de loi, deux budgets et deux projets de livre blanc. Les projets de loi portaient notamment sur la prospérité de l'industrie et sur l'adoption des enfants. Les projets de livre blanc concernaient notamment la réforme des cités et du territoire champêtre. Les participants ont prononcé des discours dans le Salon bleu et défendu leurs projets de loi en commission parlementaire. Ils ont aussi fait face aux médias. «Le groupe des journalistes produisait deux journaux distincts chaque jour, de même que des reportages radio et télé, ajoute Cécile Gagnon. Tout ce matériel alimentait les débats et ajoutait à la simulation.»

Au sein du gouvernement bleu, l'étudiante a occupé le poste de ministre de l'Égalité des genres et de la Diversité sexuelle. «J'ai fait une déclaration à l'effet que le gouvernement allait réformer le programme Éthique et culture religieuse pour y introduire un cours sur l'éducation à la sexualité, indique Cécile Gagnon. Un des buts visés par cette réforme était d'amener les élèves du primaire et du secondaire à développer des comportements égalitaires et respectueux envers les minorités sexuelles.» Romain Vignol, lui, jouait le rôle de ministre des Ressources naturelles et de l'Énergie au sein du gouvernement rouge. Devant l'Assemblée, il a annoncé son intention de lever le moratoire sur le gaz de schiste, donnant ainsi le feu vert à l'exploitation du gaz naturel. Il a également annoncé la mise en place d'un moratoire sur l'installation de nouvelles éoliennes puisque, selon lui, l'énergie éolienne se vend moins cher que ce qu'elle coûte à produire.

Deux crises ont ponctué la semaine. Elles ont eu lieu le soir, après l'assermentation du nouveau gouvernement. Les Bleus ont dû faire face à une épidémie de rougeole due à des vaccins défaillants. La situation se compliquait du fait que le PDG du fabricant de vaccins avait fait des dons illégaux au parti. Le gouvernement rouge, lui, a dû gérer la tempête provoquée par une révélation d'un institut économique à l'effet que la cote du Québec était surévaluée depuis huit ans.

Il est clair que Cécile Gagnon et Romain Vignol ont la passion de la politique. La première occupera le poste de première ministre, pour les Bleus, au PEQ 2018. Romain Vignol, lui, fait de la politique active depuis quatre ans comme membre du Parti conservateur du Canada. «Cela, dit-il, rythme ma vie aujourd'hui.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!