Vie universitaire

Contre la masculinité toxique

Culture du viol, notion de consentement et égalité homme-femme seront abordées sans fard par le rappeur Koriass lors d'une conférence ouverte à tous

Par : Matthieu Dessureault
Tête d'affiche du rap québécois, l'auteur de <i>Love Suprême</i> a fait de la lutte contre les violences sexuelles son cheval de bataille.
Tête d'affiche du rap québécois, l'auteur de <i>Love Suprême</i> a fait de la lutte contre les violences sexuelles son cheval de bataille.
Le rappeur Koriass, Emmanuel Dubois de son vrai nom, est connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche. Engagé et résolument féministe, il fait le tour des cégeps et des universités pour dénoncer toutes les formes de violence à caractère sexuel. «Après la publication d'un billet sur le site Urbania dans lequel j'abordais le sujet des agressions, beaucoup de personnes m'ont contacté pour me raconter leur expérience. Je me suis rapidement rendu compte à quel point le problème était grand. Je profite donc de ma tribune pour sensibiliser les gens à l'importance du consentement et pour dénoncer le sexisme», dit-il.

Pour lui, la solution passe par un changement de mentalité chez les hommes. Il insiste sur un mot: l'éducation. «Beaucoup de gars ont des attitudes sexuelles à revoir. Il faut remettre en question la masculinité toxique. Au Québec, l'éducation sexuelle est défaillante; c'est encore tabou de parler de sexe. Résultat, la notion de consentement est floue, alors qu'elle devrait être enseignée clairement dès l'école secondaire. On pourrait réduire les dégâts en s'occupant réellement de la question de l'éducation sexuelle.»

Koriass sera de passage à l'Université Laval, mardi prochain, pour donner une conférence. Gratuite et ouverte à tous, cette rencontre vise à sensibiliser la communauté universitaire au phénomène des violences à caractère sexuel. L'activité, présentée par le Centre de prévention et d'intervention en matière de harcèlement (CPIMH), le comité Question de genre et les associations CADEUL et AELIÉS, se déroule en marge de la campagne «Sans oui, c'est non!».

La venue du rappeur réjouit Christine Delarosbil, coordonnatrice d'opérations au CPIMH, qui a déjà assisté à l'une de ses conférences. «Avec honnêteté et humilité, Koriass reconnaît qu'il a déjà eu des comportements sexistes. Il a changé sa façon de faire, ce qui ne le rend pas moins masculin. En plus d'un volet consacré à la culture du viol, sa conférence aborde son processus de prise de conscience par rapport au sexisme et aux stéréotypes. Son parcours nous amène à nous poser des questions sur nous-mêmes et sur nos façons d'interagir.»

Rappelons que la campagne de sensibilisation «Sans oui, c'est non!» a été lancée en 2014 à l'initiative de l'Université de Montréal, de son Bureau d'intervention en matière de harcèlement et de la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal. Plusieurs établissements universitaires à travers le Québec y participent en organisant, toute l'année durant, une série d'activités.

Koriass sera à l'atrium du pavillon Charles-De Koninck le mardi 11 avril, à 14h.

Plus d'information sur la campagne «Sans oui, c'est non!»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!