Vie universitaire

Concertation, engagement collectif et continuité

Les candidats Denis Brière, Jean-Claude Dufour et Michel Pigeon ont défendu leur programme lors du débat organisé par la CADEUL dans le cadre de la course au rectorat

«Nous avons géré l’Université avec prudence et rigueur. Grâce à cela, nous avons dégagé un léger surplus budgétaire cette année et pour l’an prochain. Lorsque les transferts fédéraux arriveront en 2008, nous serons bien placés pour en profiter et pour faire du développement stratégique.» C’est par ces commentaires sur la situation financière de l’Université que le recteur Michel Pigeon a donné le coup d’envoi au débat organisé par la Confédération des associations d’étudiants et d’étudiantes de l’Université Laval, le jeudi 19 avril au pavillon Charles-De Koninck. Le débat réunissait les trois candidats de la présente course au rectorat. Selon Jean-Claude Dufour, professeur au Département d’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, la situation financière de l’Université est «très fragile» et les efforts faits à ce jour pour aller chercher le financement nécessaire n’ont pas été «assez efficaces». Même son de cloche du côté de Denis Brière, doyen de la Faculté de foresterie et de géomatique. S’il est d’accord avec la contribution des deux niveaux de gouvernement, il enjoint de ne pas attendre l’argent uniquement de l’État. «Il faut sortir des sentiers battus, avoir du leadership et mobiliser l’ensemble de la communauté universitaire.»

Démocratie et gouvernance
Le doyen Brière qualifie la gestion participative à la base de son programme de «cruciale» pour l’avenir de l’Université. Cette approche consiste à mobiliser par un processus de concertation. «On peut consulter, on peut informer la communauté universitaire, mais tant et aussi longtemps qu’on ne se concerte pas, on aura de la difficulté à faire avancer les dossiers.» Le candidat questionne la façon dont est utilisée une instance décisionnelle comme le Conseil universitaire. «On n’y fait pas de vrais débats.» Dans son programme, Jean-Claude Dufour propose de faire jouer un rôle plus actif aux membres externes du Conseil d’administration. «Leurs compétences peuvent nous guider davantage sur les orientations à prendre.» Michel Pigeon insiste sur la notion de consultation. «J’ai beaucoup consulté, j’ai fait la tournée d’unités, j’ai également créé une table des doyens, la consultation, j’y crois.»

Jean-Claude Dufour soutient que le développement du campus passe par l’engagement collectif. «Il faut tous tirer dans la même direction pour réaliser les très beaux projets qui sont sur la table.» Le professeur salue le projet PACTE-Myrand pour l’aménagement d’un quartier résidentiel sur le campus. Selon lui, le projet de maison internationale pour les étudiants étrangers du campus est un «must» à réaliser à court terme. Le candidat se dit également d’accord avec le projet de laissez-passer universel pour le transport en commun, à condition que le financement se fasse en partenariat. Pour sa part, Michel Pigeon rappelle avoir fait de l’ouverture du campus sur l’extérieur un thème majeur de son mandat. «PACTE-Myrand, ainsi que le Super-PEPS qui devrait se réaliser bientôt, feront en sorte que la cité universitaire sera encore plus rayonnante et accueillante.»

Enseignement et recherche
Le recteur Pigeon identifie quatre clés pour la formation dans une université moderne: l’internationalisation, la multidisciplinarité et le décloisonnement, les technologies et la formation à distance, et la formation continue. Selon lui, la formation à distance est un instrument «pour faire plus de choses et mettre le savoir à la portée des gens». Pour les deux autres candidats, il importe de maintenir la qualité de l’enseignement en classe tout en augmentant la qualité des cours à distance. Le recteur souligne aussi l’importance de favoriser la recherche en sciences humaines et sociales «afin de mieux comprendre notre réalité caractérisée par de grands enjeux sociaux». Pour Denis Brière, il faut encourager les projets de recherche intégrant sciences pures et sciences humaines.
Lors de la période de questions, les candidats se sont notamment prononcés sur le dossier du Centre de recherche et de formation en alimentation. Denis Brière déplore que ce projet ait manqué de concertation. Jean-Claude Dufour trouve «regrettable» que l’on n’ait pas vu le projet d’abord et avant tout «comme une chaire de recherche qui permet d’avoir un laboratoire en temps réel pour les étudiants des trois cycles».

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!