Vie universitaire

Campus express du 23 novembre 2006

Les travailleurs de la Grosse-Île
Historienne à Parcs Canada, Marie-Hélène Vallée viendra donner, dans le cadre des Midis du CIEQ, la conférence «Chacun sa place. Métiers masculins et métiers féminins à la Grosse-Île au tournant du XXe siècle» le jeudi 7 décembre à midi au local 3244 du pavillon Charles-De Koninck. Située au milieu du fleuve Saint-Laurent, à quelques dizaines de kilomètres en aval de Québec, la Grosse-Île a servi de station de quarantaine pour le port de Québec de 1832 à 1937. Passage obligé pour des milliers d'immigrants, l'île a également constitué un milieu de travail et de vie pour des dizaines d'hommes et de femmes, ce qui en fait un milieu socioéconomique très original. En analysant les comptes publics de la Grosse-Île de 1891 à 1924, Marie-Hélène Vallée a pu établir les travailleurs et les travailleuses salariés de la Grosse-Île impliqués dans l'une des trois étapes du processus de quarantaine, soit l'inspection, la désinfection et la détention. Cette dernière abordera donc certains éléments relatifs à l'organisation du travail en milieu quarantenaire et dégagera quelques constats sur l'ensemble de la main-d'œuvre, plus particulièrement sur la place et le rôle des travailleuses dans cette station insulaire.

La Guignolée étudiante a besoin de bénévoles

C’est une réalité de plus en plus connue sur le campus: des étudiants éprouvent des difficultés sur le plan financier. Depuis quelques années, la Conférence Saint-Vincent de Paul/Marie-Guyart dispose d’un petit budget pour leur venir en aide de façon ponctuelle. Cet argent provient de vos dons et surtout de votre participation à la grande Guignolée étudiante le 29 novembre. Nous comptons sur votre aide bénévole lors de cette journée. Notre présence, dans tous les pavillons de la cité, se réalisera uniquement si des gens de l’Université mettent l’épaule à la roue. Voulez-vous nous aider à aider? Pour donner vos disponibilités aux organisateurs de l’événement ou pour obtenir des renseignements supplémentaires, téléphonez au 656-2673.

Les enjeux cruciaux du transport durable

Le transport durable dans les villes du monde est possiblement la question environnementale la plus cruciale pour la réduction des gaz à effet de serre. Cette question du transport pose d'importants défis du point de vue des capacités institutionnelles. Toutes les forces en présence dans le «transport non durable» ne doivent pas être négligées et doivent être sérieusement prises en compte parce qu'il ne s'agit pas seulement de l'influence des constructeurs automobiles. Les décisions que nous prenons maintenant en matière de transport, comme société et comme individus, se répercuteront pour des décennies à venir. C’est là le cœur du message qui sera livré par Jean Mercier lors de sa conférence intitulée «Le transport durable dans les villes: pays en transition et pays en développement» qui se tient aujourd’hui 23 novembre à 11 h 30 au local 2783 du pavillon Adrien-Pouliot. Cette conférence est présentée par l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société.

Internet et antiféminisme: analyse de sites Web

Cette conférence de  Louise Langevin, titulaire de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant et professeure à la Faculté de droit, aura lieu le mardi 28 novembre, à 12 h, au local 1475 du pavillon Charles-De Koninck. En réaction aux progrès réalisés par les femmes en tant que citoyennes à part entière, est apparu, au Canada et ailleurs dans le monde occidental, un mouvement de «backlash» (mouvement de ressac) antiféministe, qui se manifeste de différentes façons. Entre autres, des groupes d’hommes antiféministes, qui disent travailler à la promotion des droits des pères et des hommes et à la dénonciation du féminisme, ont mis en ligne des sites Internet qui semblent être le principal outil de dissémination de leurs idées. L’objectif de la présentation est de définir l’antiféminisme, de présenter et d’analyser le contenu de sites Web québécois et francophones se disant à la défense des droits des pères et des hommes et de proposer des stratégies de riposte juridiques ou autres. Internet offre aux groupes se disant à la défense des droits des pères et des hommes un outil de communication de portée internationale, efficace et peu coûteux qui leur permet de se réseauter et de se créer une communauté.

Amir Khadir sur le campus

Amir Khadir, l’un des deux porte-parole du parti Québec solidaire, viendra sur le campus pour y donner une conférence, le jeudi 30 novembre de 11 h 30 à 12 h 20 au local 1B du pavillon Charles-De Koninck. Le docteur Khadir profitera de l’occasion pour répondra aux questions du public, et notamment des étudiants. Québec solidaire est un parti politique actif sur la scène québécoise qui se consacre à la promotion et à la défense du bien commun. Né en février 2006 de la fusion du mouvement politique Option citoyenne et du parti de l’Union des forces progressistes, Québec solidaire fait primer l’intérêt de la collectivité sur l’intérêt d’une minorité possédante. Pour plus d’information sur Québec solidaire, visitez le www.quebecsolidaire.net.

Qu’est-ce que le Canada?

État de droit, monarchie constitutionnelle, démocratie parlementaire et régime fédéral sont autant de dimensions qui s’associent à d’autres pour former l’identité politique complexe du Canada contemporain. La constitution et l’ambition nationale du Canada seront également scrutées à la loupe par le professeur de science politique Guy Laforest lors de la conférence qu’il donnera le mercredi 6 décembre au local 1334 du pavillon La Laurentienne de 12 h 15 à 13 h 30. En premier lieu, Guy Laforest cernera l’ensemble des éléments qui participent à cette identité complexe, puis entrera en débat sur cette question avec une vision proposée par la Cour suprême du Canada. Le conférencier examinera ensuite le conflit entre «l’esprit de 1867» et «l’esprit de 1982» au cœur de l’édifice constitutionnel canadien. Enfin, il expliquera un projet canadien visant à faire l’éducation politique de l’humanité. À chaque étape, ce dernier cherchera à expliquer le rapport entre le Québec et les métamorphoses identitaires du Canada. est devenu professeur à l’Université Laval en 1988 après avoir enseigné deux ans à l’Université de Calgary. Ses principaux champs d’enseignement et de recherche sont la pensée politique, la politique canadienne et québécoise (fédéralisme et politiques constitutionnelles), l’histoire intellectuelle du Québec et du Canada anglophone. Il a notamment publié Trudeau et la fin d’un rêve canadien (Septentrion, 1992, et McGill-Queen’s, 1995) ainsi que Pour la liberté d’une société distincte (PUL, 2004). Cette communication est présentée dans le cadre des conférences Grand public de la Faculté des sciences sociales.

Un site Web sur les missions moraves

Les internautes férus d’histoire ont accès depuis la mi-octobre à un nouveau site Web consacré à l’action des missionnaires moraves auprès des Inuits du Labrador. La présence de l’Église morave - une église d’origine tchèque qui a pris racine en Allemagne et épousé la doctrine protestante - en ces lieux reculés s’est échelonnée sur 234 années, soit de 1771 à 2005. Ce projet de numérisation archivistique en ligne a pour nom «Les Inuits du Labrador vus par les Moraves». Il est le fruit d’une collaboration tripartite entre les universités de Toronto, Memorial et Laval. La Bibliothèque de l’Université a pris en charge la version française du projet en plus de participer à la conception, au design graphique et à l’ergonomie du site. Le site contient plus de 200 livres publiés, 50 cartes et 900 photos, ainsi que des dessins et des peintures. On y trouve également un historique détaillé, une trousse éducative pour l’enseignant, une chronologie interactive et une carte géographique interactive. L’influence des missionnaires moraves a notamment amené les Inuits du Labrador à se regrouper en colonies permanentes et à se convertir au christianisme. Pour plus d’information: http://link.library.utoronto.ca/inuitmoravian/

Joignez le Club de Go de l’Université

Les étudiantes et étudiants sont invités à joindre le tout nouveau Club de Go de l’Université Laval. Le jeu de go, qui existe depuis plus de 4 000 ans, est un des plus vieux jeux de stratégie au monde. Les règles de base en sont très simples: il suffit de poser des pierres blanches et noires sur une planche de jeu dans le but ultime de délimiter un plus grand territoire que l’adversaire. Malgré sa relative simplicité, le jeu de go recèle une complexité fort étonnante qui mêle à la fois logique mathématique et créativité artistique. Il est donc possible de s’initier à ce fascinant jeu de stratégie qui a su perdurer en joignant le Club. Les rencontres se tiennent tous les lundis de 19 h à 22 h  au local 1170 du pavillon Agathe-Lacerte. Les débutants tout comme les initiés sont invités à venir jouer et à apprendre dans la plus grande convivialité!


Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!