Vie universitaire

Campus express

Le riche héritage d’Edgar Morin
Il est permis de penser que les temps de crise appellent, voire requièrent, des pensées originales qui dépassent les cadres cognitifs habituels. La pensée d’Edgar Morin en est une. S’il fut longtemps sociologue, son œuvre proprement sociologique s’arrête quand il commence à travailler, à partir du début des années 1970, à ce qui deviendra son ouvrage majeur, La Méthode (1977-2004). Les six tomes de La Méthode ne sont pas sociologiques mais fondamentalement transdisciplinaires et, à ce titre, ils peuvent aussi intéresser les chercheurs en sciences sociales. Le Département de sociologie et la revue Aspects sociologiques organisent une conférence sur le thème «De quelques apports de la pensée complexe d’Edgar Morin aux sciences sociales contemporaines» donnée par Pascal Roggero le lundi 6 avril, à 15 h 30, au local 2419 du pavillon Charles-De Koninck. Des enjeux importants des sciences sociales aujourd’hui peuvent être éclairés par cette pensée dite complexe. Et si elle n’est assurément pas la seule voie possible, elle ne saurait être négligée.

Colloque du Mouvement Humanisation
Le 4e colloque du Mouvement Humanisation aura lieu le 18 avril au pavillon Alphonse-Desjardins. Lors de cette rencontre, les conférenciers proposeront des actions concrètes pour que l'éducation respecte le droit naturel de tous les Québécois et Québécoises aux connaissances, aux pratiques et aux conditions favorables à leur processus d'humanisation. Lors de ses trois premiers colloques, le Mouvement Humanisation a fait ressortir l'absence de programmes d’humanisation fondés sur une conception naturelle de l'être humain et ses exigences de bon développement et de bon fonctionnement dans ses rapports avec la réalité, la vie, lui-même, autrui, la société, l'humanité et l'environnement. L'urgence d'une éducation et d'une éthique «humanisantes» fondées sur l'aspiration naturelle, donc universelle, des êtres humains à vouloir vivre heureux est alors apparue comme le défi incontournable de l'école québécoise. La date limite d’inscription au colloque est le 15 avril. Pour renseignements: 418 658-4862. Inscription au www.mouvementhumanisation.org

Le point sur tordeuse des conifères
Une conférence intitulée «Dynamique comparative des populations de tordeuses des conifères» aura lieu le 9 avril à 10 h à la salle Lionel-Daviault du Centre de foresterie des Laurentides (CFL). Jacques Régnière, chercheur scientifique au Centre de foresterie des Laurentides (Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada), en collaboration avec Vince Nealis, également chercheur scientifique au CFL, fera un bref survol de l'état des connaissances sur la dynamique des populations de la tordeuse des bourgeons de l'épinette et fera le point sur les progrès dans l'application du concept de risque de dispersion comme composante importante du comportement des populations de trois espèces de tordeuse des conifères. Depuis bientôt 30 ans, l’équipe de Jacques Régnière récolte des données sur l'écologie et la dynamique des populations de la tordeuse des bourgeons de l'épinette, de la tordeuse occidentale de l'épinette et de la tordeuse du pin gris. Centre de foresterie des Laurentides, 1055, rue du PEPS.

Congrès annuel des relations industrielles
Le Département des relations industrielles tiendra son 64e congrès annuel les 27 et 28 avril à l’hôtel Loews Le Concorde sur le thème «Main-d’œuvre et conditions de travail: vers de nouveaux arrimages». En cette période de turbulence économique et financière où l'accent est mis sur l'emploi, ce congrès a pour objectif de jeter un regard actuel sur l'état du marché du travail et sur l'évolution de la main-d’œuvre et des conditions de travail, au Québec et dans une perspective comparée. Le congrès réunira des universitaires et des praticiens qui tenteront de voir comment mieux arrimer les politiques publiques, les attentes et besoins des employeurs et les valeurs et aspirations des travailleurs. Ce congrès est organisé de concert avec l'Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) - Innovations, travail et emploi. On peut profiter d’un rabais de 75 $ en s’inscrivant avant demain, vendredi 3 avril. Programme complet et inscription au www.rlt.ulaval.ca/congres.

Enseigner «le monde» à l’école
Le Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail (CRIEVAT) présente la conférence «Quels mondes communs? Éducation et intégration dans la construction d’un monde commun à l’école», prononcée par le stagiaire postdoctoral en sociologie Alexandre Duclos le vendredi 24 avril, à 12 h, au local 1118 du pavillon des Sciences de l’éducation. Cette communication aura pour objet une recherche de terrain visant à d'identifier la ou les formes de cosmopolitisme élaborées ou transmises dans une école de la ville de Québec. Comment peut-on transmettre ou faire acquérir une définition du monde et de l'humain dans une salle de classe? Est-ce le lieu approprié pour un tel enseignement? Envisager l'enseignement sous l'angle du questionnement cosmopolite permet d'étudier les relations complexes et probablement éprouvantes entre une profession et une part de la culture méconnue qui définit le monde et l'humain.

Conférence de John R. Saul
La Chaire La philosophie dans le monde actuel de la Faculté de philosophie et le Musée de la civilisation de Québec accueilleront John R. Saul pour une conférence intitulée «Mon pays métis», qui aura lieu le 7 avril à 19 h 30 au Musée de la civilisation. John R. Saul est diplômé de l'Université McGill et de l'Université de Londres, où il a obtenu son doctorat en 1972. Ses Réflexions d'un frère siamois (1997) ont donné lieu à un débat national, le magazine Maclean's comptant ce livre parmi les dix meilleurs de non-fiction au vingtième siècle. C'est le thème de son dernier livre, Mon pays métis: quelques vérités au sujet du Canada (Boréal, 2008, paru en anglais sous le titre A Fair Country) qui fera l'objet de cette conférence. John R. Saul partagera quelques vérités plutôt originales qu'il perçoit au sujet du Canada et qui sont susceptibles de nous amener à remettre en question l'image que nous avons de nous-mêmes. Sommes-nous prêts à entendre ces vérités au sujet du Canada? Selon le conférencier, il est temps de renouer avec qui nous sommes vraiment, avec les notions aborigènes d'équité et de dialogue qui sont au cœur de notre identité. En acceptant ces vérités, nous pourrons vivre pleinement notre destin national. Étudiants, professeurs et grand public sont tous invités.

Le troisième genre
La prochaine conférence gratuite de la Faculté des sciences sociales, intitulée «Le troisième genre, les Inuit et nous» et présentée par un spécialiste francophone des Inuit et professeur associé retraité du Département d'anthropologie, Bernard Saladin d’Anglure, aura lieu le 9 avril, à 12 h 15, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack. Considéré comme le fondateur des études Inuit à l'Université Laval, Bernard Saladin d’Anglure fera état de la grande confusion qui règne autour du sexe (gender). Des mouvements regroupant lesbiennes, gais, transsexuels et travestis qui s’inspirent des théories Queer dénoncent l’impérialisme hétérosexuel, font des pressions pour modifier les lois afin de faire reconnaître leurs droits au mariage, à l’adoption et à la procréation assistée. Le conférencier se référera aux Inuit pour démontrer un étonnant exemple d’une tout autre conception du sexe, de la sexualité et de la famille. Entrée gratuite. Ouvert au public.

Journées Simone-Paré
L’École de service social sera l’hôte de la dixième édition des Journées Simone-Paré. L’événement aura lieu le vendredi 17 avril et s’adresse aux intervenants et intervenantes, aux étudiants et étudiantes ainsi qu’aux formateurs et formatrices en travail social auprès de groupes, et sera concentrée en une journée sur le thème «Quelles conditions pour le développement des meilleures pratiques en travail social avec les groupes?» Des invités, reconnus pour leur contribution au travail social avec les groupes, viendront débattre ce thème avec les participants. Dominique M. Steinberg (Hunter College School of Social Work, New York), auteure du livre The Mutual-Aid Approach to Working With Groups: Helping People Help One Another (2004), abordera la question de l’orientation des pratiques basées sur l’aide mutuelle. Tom Caplan (Université McGill, Montréal), auteur de Needs-ABC: A Needs Acquisition and Behavior Change Model for Group Work and Other Psychotherapies (2008), traitera des aspects essentiels liés au savoir-être de l’intervenant. D’autres conférencières et conférenciers animeront des ateliers et une table ronde aura lieu en après-midi. Pour plus d’information, consultez le www.svs.ulaval.ca/jspare.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!