Vie universitaire

Campus express

Camp musical sur le campus
La Faculté de musique offre pour la deuxième année un camp musical de deux semaines sur le campus, du 11 au 22 août. Ce camp de jour s’adresse aux jeunes jouant d’un instrument (flûte à bec, flûte traversière, guitare, percussion, piano, et autres instruments sur demande) ou qui désirent s’initier à l'un d'eux. Les jeunes participeront à des expériences musicales individuelles et en groupe: rencontre quotidienne avec leur professeur, apprentissage d’une pièce instrumentale qui sera présentée à la fin du camp, participation à la chorale et à des activités récréatives et sportives. Les frais sont de 299 $ pour les résidents de Québec et de 329 $ pour les non-résidents. La Faculté offre également un camp d’une semaine d’initiation à la musique, du 4 au 8 août. Aucune habileté ou connaissance musicale n'est requise, seulement le goût de s'amuser en musique! Les frais sont de 99 $ pour les résidents de Québec et de 144 $ pour les non-résidents. Le Camp musical de jour de l’Université Laval est associé au Centre des loisirs St-Sacrement, membre de l’Association des camps du Québec. Pour de plus amples renseignements sur le camp: 656-2131, poste 3041; pour s'inscrire: 681-7800, poste 221, ou www.clss.qc.ca.

Colloque du Centre d’étude de la forêt
Le Centre d’étude de la forêt (CEF) présentera son deuxième colloque annuel du 12 au 14 mars à l’Hôtel Universel de Québec. Cette année, l’événement mettra l’accent sur les résultats des travaux des étudiants-chercheurs du Centre. Le programme comprend 34 présentations en génétique, foresterie, faune, sylviculture, écophysiologie et écologie forestière. Le forestier en chef du Québec, Pierre Levac, prononcera l’allocution d’ouverture le 12 mars en soirée. Jeudi matin, Steve Cumming, de la Faculté de foresterie et de géomatique, et Sébastien Roy, de l’Université de Sherbrooke, prendront la parole à titre de conférenciers. Le CEF regroupe 51 chercheurs et plus de 330 étudiants-chercheurs de 8 universités québécoises. On y trouve la majeure partie de l’expertise scientifique universitaire du Québec œuvrant dans le domaine de la forêt. Pour plus de détails sur le colloque, visitez le www.cef-cfr.ca.

De femme à femme
Lors de la dernière vague de colonisation intérieure au Québec, l’État consentait à dépêcher des infirmières chargées expressément de secourir les mères dans les nouvelles colonies. L’examen des relations nouées sur le terrain entre ces agentes des autorités gouvernementales et ces migrantes met en scène la complexité, mais aussi la spécificité, des rapports culturels des femmes à l’espace. Une conférence de Johanne Daigle, professeure au Département d’histoire et membre du Centre interdisciplinaire d’études québécoises (CIEQ), intitulée «“De femme à femme” aux marges de l’écoumène: colonisation, soins et médiation culturelle en Abitibi-Témiscamingue (Québec), 1932-1972», aidera à comprendre cet univers de médiation soignante à partir d’un corpus d’entrevues auprès d’infirmières de colonie et de femmes ayant fait l’expérience de la colonisation de l’Abitibi-Témiscamingue. Cette conférence, présentée dans le cadre des midis-recherches de la Chaire d'étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes, aura lieu le 11 mars, à 12 h, au local 1475 du pavillon Charles-De Koninck.

Semaine québécoise de la déficience intellectuelle
Lors de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, un débat portera sur les enjeux de la systématisation de l'offre des tests de dépistage prénatal aux femmes enceintes du Québec. Les participants seront Thomas De Koninck, philosophe; Bernard Keating, éthicien, François Audibert, Association des obstétriciens et gynécologues du Québec; Jean Gekas, Association des médecins généticiens du Québec; Lorraine Fontaine, groupe Naissance-Renaissance; Marcel Blais, Mouvement des Personnes d'Abord de Drummondville; Lucie Émond, présidente, Association pour l'intégration sociale (région de Québec); Thierry Hurlimann, Centre de bioéthique de l'Institut de recherches cliniques de Montréal. La discussion sera animée par Isabelle Guilbeault, journaliste à la radio de Radio-Canada. Le débat se tiendra dans le grand auditorium du Musée de la civilisation, le jeudi 13 mars à 19 h 30. Le nombre de places étant limité, inscrivez-vous au 622-4290 avant le 11 mars.

Les femmes des marchands de Kaniš
Les archives privées des marchands de Kaniš (19e s. av. J.-C.), étudiées avant tout pour leurs données commerciales, offrent également beaucoup d'information sur les aspects sociaux et la vie quotidienne. Demeurées à Aššur, les épouses des marchands assyriens ont produit une correspondance tout à fait exceptionnelle qui les dépeint comme de véritables femmes d'affaires et chefs de famille en l'absence de leurs maris. Ceux-ci, loin de chez eux pendant de longues périodes, ont parfois contracté un second mariage en Anatolie, souvent avec une autochtone. Ce second mariage n'était toutefois possible que dans le respect de deux règles fondamentales: un marchand ne peut pas avoir deux épouses de même statut et il ne peut pas avoir deux femmes au même endroit. La vie de leurs épouses anatoliennes, moins bien documentée que celle des femmes d'Aššur, peut être partiellement reconstituée grâce aux lettres qu'elles ont reçues. À l'occasion des Midis de l’Institut d’études anciennes de l’Université Laval du mercredi 19 mars, Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS et professeure en archéologie et ethnologie à l'Université Paris X – Nanterre, prononcera la conférence «Femmes d’Aššur et de Kaniš au début du 2e millénaire av. J.-C.». Pour y assister, présentez-vous à midi au local 4423 du pavillon Jean-Charles-Bonenfant.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!