Vie universitaire

Au service des étudiants depuis 50 ans

L'ÆLIÉS fera progresser plusieurs dossiers en 2016-2017, dont ceux du statut d'étudiant-parent et de la gratuité scolaire

Par : Yvon Larose
Le comité de direction de l'ÆLIÉS. À l'avant: Audrey Charnallet (vice-présidente aux affaires financières et au développement), Ariane Keck (vice-présidente aux études et à la recherche), Salima Kamoun (secrétaire générale) et Milène R. E. Lokrou (présidente). À l'arrière: Faustin Mbuya Muyembe (vice-président aux droits étudiants), Pierre Parent Sirois (vice-président aux affaires externes) et Nicolas Lavigne-Lefebvre (vice-président aux affaires internes).
Le comité de direction de l'ÆLIÉS. À l'avant: Audrey Charnallet (vice-présidente aux affaires financières et au développement), Ariane Keck (vice-présidente aux études et à la recherche), Salima Kamoun (secrétaire générale) et Milène R. E. Lokrou (présidente). À l'arrière: Faustin Mbuya Muyembe (vice-président aux droits étudiants), Pierre Parent Sirois (vice-président aux affaires externes) et Nicolas Lavigne-Lefebvre (vice-président aux affaires internes).
L'Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures AELIÉS) aura 50 ans en 2017. Ce bel exemple de longévité, le comité de direction de l'AELIÉS entend le souligner dignement. «Nous voulons célébrer la longue vie d'une association qui représente aujourd'hui environ 11 000 étudiants, dont une bonne proportion est constituée d'étudiants internationaux, indique la présidente Milène R. E. Lokrou, inscrite au doctorat en relations industrielles. Les festivités auront lieu l'an prochain.»

En 2016-2017, l'AELIÉS se donne comme mandat de se rapprocher de ses membres et de défendre leurs intérêts sur le campus et à l'extérieur de celui-ci.

Le concours de vulgarisation Cogito, créé par l'AELIÉS en 2011, revient cet automne, mais avec une formule renouvelée. «Le concours sera un peu plus transdisciplinaire, explique la présidente. Quinze étudiants seront sélectionnés, et nous allons jumeler une personne en arts à deux personnes qui font de la recherche en sciences exactes ou en sciences humaines et sociales, de façon à donner des projets transdisciplinaires.» La date limite d'inscription est le 21 octobre.

En 2015, l'ÆLIÉS a publié un mémoire sur la situation des étudiants-parents. Plusieurs d'entre eux vivent des difficultés qui ne sont pas prises en compte dans le quotidien des études, relativement aux ressources financières, à la gestion du temps et à l'intégration. Le document contenait deux recommandations majeures. D'abord, que l'Université Laval reconnaisse à ces étudiants le statut de parent. Ensuite, que l'Université reconnaisse à ces mêmes étudiants le statut à temps plein, même s'ils sont inscrits à moins de 12 crédits.

«L'Association de parents étudiant ou travaillant à l'Université Laval (APETUL) prépare un projet de politique familiale, souligne Milène R. E. Lokrou. Nous allons l'appuyer. Nous rencontrerons l'Association pour tenter de mettre un dossier sur pied et poursuivre le travail que nous avons déjà fait à ce sujet auprès de la haute direction de l'Université.»

Dans le passé, l'AELIÉS a plusieurs fois réfléchi au financement des universités ainsi qu'aux droits de scolarité. «Nous avions même adopté une position faisant la promotion de la gratuité scolaire balisée, rappelle la présidente. Cette année, nous arrivons au point où l'on va déterminer les balises de cette gratuité, qui doit favoriser une meilleure accessibilité aux études. Nous produirons un mémoire à ce sujet en 2017.» Selon elle, l'enseignement supérieur doit être vu comme un investissement utile.

Le comité de direction consacrera une partie de ses efforts à améliorer l'encadrement de la recherche. Il faut savoir que la plupart des membres de l'AELIÉS sont des chercheurs. La démarche se fera notamment au moyen de la Charte de l'étudiant chercheur, publiée en 2014 par l'Association. Ce document aborde, entre autres, la liberté de la recherche et la propriété intellectuelle. «La Charte touche aux bonnes pratiques dans la relation entre l'étudiant et son directeur de recherche, que ce soit à la maîtrise ou au doctorat, indique Milène R. E. Lokrou. Cet encadrement est important puisqu'il s'agit du premier lien de l'étudiant avec l'Université. Il est donc important de baliser cette relation-là.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!