Sports

Sur les pistes et les pentes du Kazakhstan

Cinq fondeurs et autant de skieurs alpins du Rouge et Or se frotteront à l'élite universitaire mondiale lors de la 28e Universiade d'hiver

Par : Yvon Larose
Almaty, au Kazakhstan. Dans cette ville de ce lointain pays du nord de l'Asie centrale, des milliers d'étudiants-athlètes universitaires du monde entier se retrouveront à compter du 29 janvier à l'occasion de la 28e Universiade d'hiver. Présentée aux deux ans, cette grande manifestation sportive réunira plus de 2 500 athlètes en provenance de plus de 50 pays. Le Canada enverra un contingent de 88 étudiants-athlètes dans 6 sports. L'Université Laval, par l'entremise de son programme d'excellence sportive Rouge et Or, déléguera 5 fondeurs et 5 skieurs alpins, dont 8 Canadiens.

«Nous avions en fait 7 fondeurs sélectionnés, explique l'entraîneur-chef du club de ski de fond Rouge et Or, Luc Germain. Mais l'un d'eux a refusé l'invitation et une autre n'était pas suffisamment rétablie d'une blessure. En tout, l'équipe de ski de fond canadienne comprend 11 étudiants-athlètes. La forte représentation de l'Université Laval démontre que nous avons un programme sérieux pour les athlètes de haut niveau.»

La fin de semaine précédant l'Universiade, les fondeurs de l'Université ont mis un point final à leur préparation en participant, à Lake Placid, dans l'État de New York, à une importante compétition de la National Collegiate Athetic Association (NCAA). «Il n'existe pas de circuit universitaire de ski de fond au Québec, indique Luc Germain. C'est pourquoi nous allons régulièrement aux États-Unis affronter des universités comme Dartmouth, Harvard ou celle du Vermont, où le calibre est très fort. Ces rencontres motivent nos étudiants, qui peuvent ainsi s'améliorer. C'est l'idéal pour nous.»

Luc Germain a consacré sa vie au ski de fond comme entraîneur-chef. Il a notamment dirigé l'équipe canadienne aux Jeux olympiques d'Albertville en 1992. Il est associé au programme Rouge et Or depuis 2009. En 2011, sous sa gouverne, l'équipe féminine a remporté le championnat canadien. En 2014, c'était au tour de l'équipe masculine. «Je suis un genre de motivateur et de préparateur physique, dit-il. J'ai toujours mis les étudiants-athlètes à l'avant-plan. Ce sont eux qui font tout le travail et tous les sacrifices.» Pour lui, un étudiant-athlète est d'abord un étudiant. Il souligne que, dans le passé, plusieurs membres du club de ski de fond Rouge et Or ont remporté le prix Jean-Marie-De Koninck du mérite académique. Remis annuellement par le programme Rouge et Or, cet hommage vient récompenser une moyenne cumulative exceptionnelle ainsi que des performances sportives.

Selon Luc Germain, la discipline, la détermination et le talent, sans oublier l'esprit de corps, ont caractérisé les étudiants-athlètes qu'il a dirigés. «Ce n'est pas évident pour eux de s'entraîner à – 20 degrés Celsius dans un sport qui demande beaucoup d'heures d'entraînement et qui est aussi exigeant sur le plan cardiovasculaire, explique-t-il. Après, ils retournent à leurs livres. Il faut beaucoup de motivation pour être un fondeur de haut niveau.»

Cinq skieurs alpins représenteront également l'Université Laval à Almaty. Deux d'entre eux seront les frères Lamhamedi, Adam (administration des affaires) et Samuel (actuariat), qui porteront les couleurs du Maroc puisqu'ils ont la double citoyenneté canadienne et marocaine. Mentionnons qu'Adam Lamhamedi a remporté l'or au Super-G masculin des Jeux olympiques de la jeunesse d'Innsbruck en 2012. Il faut souligner également la participation d'Ève Routhier (communication publique), qui est entraîneuse adjointe du club de ski alpin Rouge et Or. La médaillée de bronze de l'Universiade de Grenade, en Espagne, il y a deux ans, sera chef d'équipe et entraîneure-chef de l'équipe canadienne de ski alpin composée de 12 étudiants-athlètes. Elle travaillera aussi avec l'équipe marocaine de ski alpin.

«Nos athlètes ne vont pas à Almaty comme "touristes", indique l'entraîneur-chef de l'équipe de ski alpin Rouge et Or, Sven Pouliot. Ils veulent obtenir de bons résultats et ils sont tous capables de le faire. Nous savons que le niveau de ski sera élevé. Mais tout peut arriver sur les pentes, en autant que nous nous concentrions sur ce que nous avons à accomplir.»

L'équipe canadienne de ski alpin sera «très forte», au dire de Sven Pouliot. Un des skieurs à surveiller sera sans nul doute Simon-Claude Toutant. Après Trentino en 2013 et Grenade en 2015, il en sera à sa troisième Universiade. «Simon-Claude est actuellement premier au classement général du circuit québécois, souligne l'entraîneur-chef. Il est très constant. Il est capable d'obtenir de bons résultats année après année.»

Sven Pouliot compte une vingtaine d'années d'expérience comme entraîneur-chef en ski alpin. Durant sa carrière, il a notamment mené l'équipe canadienne de ski para-alpin à huit médailles lors des Jeux paralympiques de Sotchi en 2014. «Les étudiants-athlètes du Rouge et Or démontrent une très grande motivation, dit-il. Mais je dirais que la force première du club est l'esprit de corps. Les étudiants s'entraident dans un véritable esprit de collaboration.»

Selon lui, cette attitude a un effet certain sur la performance. «Le ski alpin se pratique dans de grands espaces, poursuit-il. Il est donc difficile pour l'entraîneur-chef et ses adjoints de toujours donner le bon feedback. Si un étudiant voit quelque chose chez un coéquipier, il va lui en parler. Cela facilite notre travail.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!