Sports

Battre les Carabins

Les séries de finales provinciales en volleyball universitaire s’amorcent ce vendredi au PEPS pour les hommes et à l’Université de Montréal pour les femmes

Par : Luc Lamontagne
Dans le merveilleux monde du sport, l’expression consacrée stipule que la vraie saison débute lorsque la saison régulière prend fin. Le volleyball universitaire ne fait pas exception et les deux équipes Rouge et Or doivent maintenant oublier les matchs de la campagne 2006-2007, qui sont choses du passé, et se consacrer aux séries finales du circuit provincial qui débutent ce vendredi. Dans les deux cas, les adversaires à battre seront les mêmes: les Carabins de l’Université de Montréal.

Les deux séries ne revêtent toutefois pas le même enjeu. Pour un, les joueuses de l’équipe féminine ont déjà leur laissez-passer pour le championnat canadien étant donné que les deux équipes finalistes méritent d’office une participation au grand rendez-vous de fin de saison. Pour leurs confrères, le résultat de la série finale est déterminant. Seule l’équipe championne provinciale aura l’honneur et le privilège de défendre les couleurs du Québec face aux redoutables joueurs des autres conférences canadiennes.

Un titre à défendre
On dit souvent que gagner un championnat est une tâche ardue, mais que de rester champion est encore plus difficile. Le 5 mars 2006, l’équipe féminine de volleyball Rouge et Or décrochait son premier titre national - le premier pour une équipe féminine de l’Université Laval - dans une finale époustouflante disputée à Calgary contre les Thunderbirds de l’Université de la Colombie-Britannique. Un an plus tard, l’objectif de Benoît Robitaille et de ses protégées demeure le même et celles qui voudront les arrêter devront se lever de bonne heure.

On se rappellera que l’an dernier le Rouge et Or avait conclu sa saison sur une note parfaite avec 37 victoires en autant de parties. À la conquête de la bannière nationale, il faut également ajouter les honneurs récoltés par la joueuse étoile Marylène Laplante qui avait non seulement raflé le titre de meilleure volleyeuse au pays, mais aussi de meilleure athlète universitaire au Canada, tous sports confondus. Cette année, Laplante est de retour ainsi que trois autres de ses consœurs qui termineront également leur stage universitaire au terme de la présente campagne: Amélie Rivet, Caroline Fiset et Élise Duchesne. Cette dernière est d’ailleurs très confiante pour les semaines à venir. «Ce que nous visons cette année, ce n’est rien d’autre que l’or! On peut compter sur le même personnel que l’an dernier et, en plus, on sait ce que ça prend pour gagner. On est juste plus fortes, c’est tout!»

Le Rouge et Or a déjà commencé à faire passer son message en balayant sa série demi-finale contre McGill en deux rencontres expéditives de 3-0. L’équipe qui a dû conjuguer avec un nombre impressionnant de blessures depuis quelques mois jouait pour la première fois de la saison avec un alignement complet, le même qui lui avait permis de décrocher les grands honneurs l’an dernier. La lutte contre les Carabins pour le titre provincial s’annonce intense et très relevée. Les Montréalaises ont dominé le classement de la saison n’ayant comme seule bête noire que nos vaillantes représentantes.
La série deux de trois se mettra en branle ce vendredi 16 février au domicile des Bleus. Les deux formations croiseront ensuite le fer au PEPS le dimanche suivant à 14 h. Si, après ces deux rencontres initiales, on n’avait pu faire de maître, la série se redirigerait vers la métropole, le vendredi 23 février. L’équipe championne bénéficiera à coup sûr d’un meilleur classement pour le championnat canadien qui occupera pour une seconde année le gymnase de l’Université de Calgary du 1er au 3 mars.

Tout est possible
Champions de la saison régulière, les hommes de Pascal Clément entreprendront eux aussi ce vendredi leur périple qui devrait les conduire au championnat canadien à Hamilton. Les Carabins seront certes un adversaire coriace, mais le Rouge et Or a démontré pendant la saison qu’il était capable de livrer la marchandise quand l’enjeu montait d’un cran.

Cette saison, les deux équipes ont partagé à parts égales les quatre affrontements qui les opposaient. Comme le Rouge et Or a terminé au premier rang du classement, il profite de l’avantage du terrain dans cette série finale deux de trois. De plus, la première position des porte-couleurs de Laval leur a permis d’accéder directement à la finale sans avoir à disputer une série demi-finale. Les joueurs ont donc bénéficié d’une pause de deux semaines qui leur a permis de peaufiner leurs jeux et d’apporter les correctifs nécessaires pour le dernier affrontement.

Sans faire preuve d’excès, les joueurs du Rouge et Or demeurent confiants de réussir l’épreuve de la finale pour passer à l’étape suivante, celle du championnat canadien. À ce sujet, les joueurs ont une petite idée de ce qui les y attend. Vincent Demers-Caron est le seul joueur de cinquième et dernière année de la formation. Pour lui, pas question de douter des chances de son équipe de bien paraître dans l’ultime test. «Si on gagne au Québec, dit-il, tout est possible par la suite.» Son coéquipier Thierry Lavigne voit également les choses de la même façon. «Notre seul objectif depuis le début de la saison, explique-t-il, est non seulement une participation au championnat canadien, mais nous voulons y faire mieux que l’an dernier.»

Le Rouge et Or aura donc besoin de tout le support possible pour réaliser son objectif et ça commence ce vendredi 16 février au PEPS sur le coup de 19 h avec la venue des Carabins. La série se dirigera par la suite à Montréal dimanche avant de revenir à l’Université Laval, le vendredi 23 février, si un troisième match s’avérait nécessaire.
 
 

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!