Société

Ne retenez pas votre souffle

Le contrôle de l’asthme progresse à pas de tortue au Canada

Par : Jean Hamann
Le contrôle de l'asthme a stagné au cours de la dernière décennie au pays, déplorent cinq spécialistes canadiens dans un récent numéro de la revue Canadian Family Physician. En effet, un sondage téléphonique réalisé en 2004 auprès de 893 adultes asthmatiques a révélé que 53 % des répondants souffraient d'asthme non contrôlé. Les sondages précédents, effectués en 1996 et en 1999, établissaient ce chiffre à 55 % et à 57 %.
   
L’étude, cosignée par Louis-Philippe Boulet, professeur à la Faculté de médecine et membre du Centre de recherche de l’Hôpital Laval, rapporte également qu’au cours des 12 mois précédant le sondage, 72 % des personnes souffrant d’asthme non contrôlé ont dû consulter rapidement un médecin pour des épisodes d’asthme contre 15 % chez les gens avec asthme contrôlé. Pour les visites à l’urgence, les chiffres s’établissent à 32 % contre 3 %, et pour les hospitalisations, à 7 % contre 0 %. Fait étonnant, «le tiers des répondants ont signalé que personne ne les avait renseignés sur les médicaments contre l’asthme et le quart ont dit n’avoir reçu aucune formation sur la façon de reconnaître les signes précurseurs d’une exacerbation de l’asthme», soulignent les chercheurs.
       
Pourtant, la presque totalité des gens qui souffrent de cette maladie respiratoire chronique pourraient mener une vie normale, presque exempte de symptômes, s’ils étaient traités selon les règles de l'art consignées dans un guide de pratique clinique du traitement de l’asthme, rédigé par des spécialistes du domaine. Au Canada, la publication du premier guide de pratique clinique date de 1989 et cinq mises à jour ont été produites depuis. «J'ai parfois l'impression que ces guides ne sont lus que par les spécialistes qui les écrivent, commentait le professeur Boulet, lors d’un symposium international touchant le transfert des connaissances sur les maladies respiratoires, présenté à Québec en 2005. Un fossé se creuse entre ce que contiennent les guides de pratique et ce que les médecins font en clinique», constatait-il alors.
   
Pour le professeur Boulet et ses collègues, le problème se résume encore aujourd’hui à une question à la fois simple et très complexe: comment joindre les milliers de médecins de famille et les urgentologues à travers le pays et les convaincre d'adopter les directives colligées dans le guide de traitement de l’asthme?

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!