Société

Les citoyens sont divisés

Par : Yvon Larose
Les principales questions entourant la politique étrangère du Canada créent de profondes divisions chez les Canadiens. C’est ce qui ressort d’un récent sondage de la firme Environics Research réalisé pour le compte des Hautes Études internationales de l’Université Laval et la Fondation Trudeau. Les sondeurs ont interviewé au téléphone 2 023 adultes entre le 24 septembre et le 21 octobre. L’erreur d’échantillonnage est de plus ou moins 2,2 %, 19 fois sur 20. Près de la moitié des répondants se dit en désaccord avec la décision récente du gouvernement canadien de permettre la comparution du Canadien Omar Khadr devant la cour martiale américaine de Guantanamo. Un Canadien sur deux se dit par ailleurs en désaccord avec la décision du gouvernement fédéral de se désengager du protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre. Enfin, 56 % des répondants n’approuvent pas la déportation, aux États-Unis, de déserteurs de l’armée américaine. Au plan provincial, l’appui à ces différentes mesures s’avère plus fort en Alberta qu’ailleurs.

La moitié des répondants estime que l’influence du Canada sur la scène mondiale a diminué. Cependant, le tiers croit à une certaine croissance de cette influence. C’est notamment le cas en Alberta. Au Québec, on croit plutôt à un ralentissement. Près de la moitié des répondants estime que l’action gouvernementale fédérale peut avoir plus de poids dans les affaires internationales que les organisations non gouvernementales (ONG) et les individus. Au Québec plus qu’ailleurs, on a tendance à croire aux vertus de l’action combinée du gouvernement, des ONG et des individus.

Les répondants sont très nombreux à encourager le gouvernement à promouvoir des valeurs chères aux Canadiens dans des pays où elles n’existent pas ou sont menacées. Ainsi, 93 % d’entre eux favorisent la promotion des droits de la personne. Cela dit, 59 % des répondants croient que le gouvernement fédéral devrait d’abord s’engager de manière concrète auprès de ces pays, par exemple en construisant des routes, des hôpitaux et des écoles. Au Québec, les répondants ont davantage tendance que dans les autres provinces à favoriser autant l’aide concrète que la promotion des valeurs.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!