Société

Le grand écart

Malgré certaines similitudes avec les baby-boomers, les personnes issues de la génération X ont tout un fossé économique à combler

Par : Renée Larochelle
Il existe une opinion généralement répandue au Québec selon laquelle les premiers baby-boomers  – ceux nés entre 1942 et 1951 – auraient bénéficié de conditions de travail exceptionnelles, une fois parvenus à l’âge adulte. À côté de ces boomers qui se seraient approprié les emplois et auraient eu la vie facile, la dernière cohorte de boomers, appelée génération X, elle, composée de jeunes nés entre 1962 et 1971, aurait connu un sort moins reluisant. On parlerait ainsi d’une génération sacrifiée, plutôt matérialiste, n’ayant pas les mêmes idéaux qui animaient ses prédécesseurs. Dans sa thèse de doctorat en sociologie intitulée «Génération  lyrique contre Génération X. Parcours de deux générations du Québec», Charles Fleury trace un portrait beaucoup plus nuancé de ces deux groupes et montre que ces deux générations se ressemblent davantage qu’on le croit.
   
«En dépit de parcours professionnel et familial passablement différents, les premiers et les derniers baby-boomers présentent d’importantes similitudes», explique Charles Fleury qui, pour les fins de cette étude supervisée par Daniel Mercure, a scruté à la loupe diverses enquêtes menées par Statistique Canada depuis 1976. «Essentiellement, le portrait de la génération des premiers baby-boomers qui a été idéalisé et généralisé concerne les personnes scolarisées, affirme le chercheur. Ceux qui n’ont pas poursuivi de longues études ont souvent travaillé dans le secteur manufacturier. Beaucoup d’entreprises ont fermé leurs portes et ces baby-boomers de la première heure ont perdu leur emploi. Ceux-là n’auront certainement pas droit à une retraite dorée.» Pas mieux du côté de ceux qui font partie de la génération X: hors de l’obtention du diplôme d’études secondaires, il n’existe point de salut, leur lot étant la précarité d’emploi ou encore des emplois mal payés, où l’obligation de joindre les deux bouts à toutes les fins de mois ne permet même pas d’envisager une retraite exempte de soucis matériels. 

La vieillesse sacrifiée
Par ailleurs, s’il est vrai de dire que la cohorte scolarisée de la génération X a connu des conditions d’insertion professionnelles plus difficiles que celle de la génération lyrique, ses membres ne se sont pas empêchés pour autant de faire des enfants. Ils ont tout simplement retardé l’âge d’en avoir. Loin d’être matérialistes à outrance quand elles finissent par occuper des emplois stables et bien rémunérés, les personnes issues de la génération X tendent même à valoriser davantage certains aspects reliés au monde du travail que leurs aînés de la génération lyrique, souligne Charles Fleury. Elles accordent ainsi une grande importance au climat de travail dans lequel elles évoluent, souhaitent un travail qui leur permette de se réaliser pleinement et qui n’occupe pas toute la place dans leur vie.

Ce qui n’empêche pas le fait que leur entrée tardive sur le marché du travail aura des conséquences sur leur avenir. «Au lieu de parler de génération sacrifiée, on devrait peut-être parler de vieillesse sacrifiée, constate Charles Fleury. Le vieillissement de la population fera en sorte que les membres de la génération X auront sans doute à travailler bien au-delà de 55 ans et même de 65 ans avant de pouvoir prendre leur retraite. Ils ne resteront pas au travail par choix mais par nécessité.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!