Société

Le bonheur au boulot

Dans leur livre, quatre conseillers en emploi du Service de placement amènent le lecteur à réfléchir aux éléments qui peuvent contribuer à son bien-être au travail

Par : Yvon Larose
L'analogie du vélo représente la vie professionnelle et montre que la vie du travailleur est remplie d'aléas.
L'analogie du vélo représente la vie professionnelle et montre que la vie du travailleur est remplie d'aléas.
Aimer travailler, se sentir bien dans une organisation, apprécier ses tâches, estimer ses collègues et souhaiter collaborer avec eux, bref se réaliser dans son environnement de travail n'est pas une utopie. C'est là le message véhiculé dans l'ouvrage Au travail, ça roule? paru le mois dernier chez Septembre éditeur. Ce livre pratique de 158 pages a la particularité d'avoir été écrit par quatre conseillers en emploi du Service de placement de l'Université Laval (SPLA). Ensemble, ils totalisent plus de 50 ans d'expérience dans leur domaine.



«Chaque année, chacun de nous rencontre en moyenne plus de 400 étudiants, finissants et diplômés pour les aider dans leur insertion sur le marché du travail, indique la conseillère en emploi et coauteure Marie-Hélène Larouche. Nous aidons l'étudiant à trouver un travail qui a du sens pour lui, donc un emploi où il sera heureux. De là nous est venue l'idée de travailler ensemble sur un guide qui accompagne tout travailleur sensible à son bien-être au travail.»

Sous-titré Trouvez votre piste pour être bien au travail, l'ouvrage se sert de l'image du cycliste sur son vélo comme fil conducteur. «Nous avons voulu utiliser l'analogie du vélo pour représenter la vie professionnelle, souligne la conseillère en emploi. On trouvait l'image intéressante. Une promenade à vélo n'est pas un fleuve tranquille. Différentes routes sont possibles sur notre parcours. On peut rouler sur le plat comme en terrain accidenté. Il peut pleuvoir, venter. Tous ces scénarios montrent que la vie du travailleur est remplie d'aléas.»

Selon Marie-Hélène Larouche, à l'instar du cycliste qui tient les guidons du vélo, le travailleur peut influencer son parcours professionnel, entre autres son bien-être au travail. «Notre approche est axée sur une vision positive des choses, explique–t-elle. Dans chacune des sections du livre, une sous-section invite le lecteur à se questionner pour approfondir sa réflexion. Par exemple, il peut se demander si son travail a du sens, s'il s'accomplit en emploi, si son attitude est positive.»

L'ouvrage comprend quatre grandes sections, qui correspondent aux quatre volets du concept de bien-être au travail, tel qu'il est défini par les auteurs. Selon eux, le bien-être au travail est une question à la fois personnelle, relationnelle, organisationnelle et d'engrenage. En tout 17 facettes sont décrites. Le sentiment de compétence, l'authenticité et l'attitude positive, entre autres, se rapportent à l'aspect personnel. Le respect, la reconnaissance et la collaboration, notamment, sont compris dans l'aspect relationnel. Le milieu physique adéquat, les conditions de travail convenables et la charge de travail équilibrée, entre autres, font partie du volet organisationnel. Enfin, la clarté des rôles, la communication et la confiance se rattachent à la question de l'engrenage.

Au fil des pages, on apprend que les personnes authentiques sont plus cohérentes et résistantes au stress. On lit également que la collaboration permet de résoudre plus facilement des problèmes complexes en groupe. La charge de travail équilibrée, quant à elle, s'obtient en tenant compte de ce que l'on a à faire, de l'effort à fournir et du temps qui nous est accordé. Pour cela, bien connaître ses capacités et ses limites est essentiel. Enfin, une saine communication demande une très grande écoute. Il faut être capable de s'exprimer de façon objective et démontrer du respect.

À la fin de chacune des 17 facettes se trouve un questionnaire destiné à toute personne qui réfléchit à son bien-être au travail. Les questions lui permettent de faire un lien avec sa propre expérience. La première question du livre demande d'énoncer clairement pourquoi l'on travaille.

Chacun des questionnaires est suivi d'une page consacrée à tout employé en situation de gestion qui cherche des idées pour influencer le bien-être au travail de son équipe. «La minute de l'encadreur» offre des conseils et des outils pour chacune des facettes abordées précédemment.

Toute personne qui cherche des idées pour mettre en place le concept de bien-être au travail peut consulter la sous-section «Le SPLA a testé pour vous». On la trouve à la fin de chacune des grandes sections. Elle résume l'expérimentation faite par l'équipe du Service de placement. «Le SPLA compte une cinquantaine d'employés, indique Marie-Hélène Larouche. Grâce à la collaboration de tous nos collègues, dès le début de notre projet, nous avons pu peaufiner notre concept en le mettant à l'épreuve. Toute l'équipe s'est engagée à voir à son bien-être au travail. Nous avons tous ensemble rédigé une déclaration officielle de bien-être au travail.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!