Société

Chacun sa voiture: rêve ou cauchemar?

La prochaine Chaire publique de l'AELIES, qui aura lieu le 6 février, fera le point sur la question

Tel est le thème de la prochaine Chaire publique de l’AELIÉS qui aura lieu le mercredi 6 février de 11 h 30 à 13 h 30 dans l’Agora du pavillon Alphonse-Desjardins. Le conglomérat indien Tata commercialisera bientôt une automobile qui coûtera environ 2 500 $, rendant ainsi accessible ce mode de transport aux habitants les plus pauvres du continent. Or le transport est déjà problématique dans plusieurs grandes villes du monde entier et l'ajout de nouveaux véhicules ne risque pas d'améliorer les choses. Tata est sans doute un exemple que d'autres voudront suivre.

Si la manœuvre des lobbys de l'automobile fonctionne, chaque personne sur Terre pourra bientôt posséder son propre véhicule. Les conséquences seront multiples. Dans une culture industrielle qui donne une place très importante à l'automobile, où les publicités montrent comment chaque propriétaire roule libre et heureux, est-il possible de penser vivre sans voiture? Et dans l'avenir, ceux qui n'en possèderont pas finiront-ils par être exclus socialement? Assisterons-nous à l'institutionnalisation d'une religion de l'automobile? Invités: Jean Mercier, Département de science politique de l'Université Laval, Richard Bergeron, Projet Montréal et Marie-Hélène Vandersmissen, Département de géographie de Université Laval. Modérateur: Réjean Lemoine, recherchiste à Radio-Canada.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!