Société

Biodiversité urbaine

L'université d'automne de l'Institut EDS se penchera sur une ceinture verte séparant la Haute-Ville de la Basse-Ville de Québec

Par : Yvon Larose
Cette carte satellitaire montre le secteur Saint-Jean-Baptiste – Montcalm, à Québec, avec, en diagonale, une bande colorée, le coteau Sainte-Geneviève. Cette section du coteau est délimitée à gauche par la Côte de la Pente-Douce et à droite par l'avenue Honoré-Mercier.
Cette carte satellitaire montre le secteur Saint-Jean-Baptiste – Montcalm, à Québec, avec, en diagonale, une bande colorée, le coteau Sainte-Geneviève. Cette section du coteau est délimitée à gauche par la Côte de la Pente-Douce et à droite par l'avenue Honoré-Mercier.
Le coteau Sainte-Geneviève est une longue bande étroite qui relie le Vieux-Québec à l'arrondissement de Sainte-Foy sur une distance de quatre kilomètres. Cette ceinture naturelle fragile constitue l'un des principaux massifs boisés au cœur des quartiers centraux de la ville. D'est en ouest, le coteau court sur la face nord de la falaise qui sépare la Haute-Ville de la Basse-Ville. Ce lien vert sera au cœur des échanges qui se dérouleront le mercredi 24 octobre au pavillon Gene-H.-Kruger, dans le cadre de l'université d'automne de l'Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (EDS).

«La journée aura pour thème “La nature en ville: moteur pour les Objectifs de développement durable”, explique le directeur de l'Institut EDS et professeur à l'École d'architecture, André Potvin. La biodiversité s'appauvrit année après année à l'échelle de la planète. Dans ce dossier, on oublie souvent la biodiversité à l'échelle urbaine. Le colloque de mercredi permettra d'étudier cette question, notamment sous l'angle du coteau Sainte-Geneviève.»

Les participants à l'université d'automne se pencheront sur les liens qui existent entre la biodiversité urbaine et les Objectifs de développement durable de l'ONU (ODD), en particulier les objectifs 14 et 15 sur la biodiversité terrestre et aquatique. Ils tenteront de définir les défis à relever pour que la nature reprenne sa place en ville. Ils discuteront également des initiatives inspirantes à suivre.

«Chose certaine, poursuit le directeur, la biodiversité urbaine se situe toujours au cœur d'un équilibre assez précaire entre le développement urbain et la protection des milieux naturels. Nous avons besoin de connaissances pour mieux comprendre cette problématique.»

Selon André Potvin, la gouvernance représente un enjeu majeur. «Le coteau, dit-il, appartient à des propriétaires privés et publics, dont la Ville de Québec. Un autre enjeu est qu'on y trouve des milieux sauvages et semi-sauvages. Un des défis consiste à recréer un lien continu entre ces milieux naturels.»

La végétation du coteau est essentiellement feuillue et se répartit en une grande variété d'espèces. L'érable à Giguère, les pommiers et les chèvrefeuilles ornementaux font partie des essences d'arbres introduites. Parmi les essences indigènes dominantes, il faut mentionner l'érable à sucre, le saule et le peuplier. De nombreux arbustes à fruits constituent un habitat de choix pour les oiseaux. Ses pentes prononcées ont protégé le coteau du développement urbain.

Comme initiative inspirante, le directeur cite le cas de Portland (Oregon), aux États-Unis. «On a, dit-il, vraiment limité l'étalement urbain en densifiant la ville et en sensibilisant les citoyens à adopter des comportements responsables de protection vis-à-vis de la nature.»

Avec l'université d'automne, l'Institut EDS lance la troisième année de sa démarche intitulée Biodiver_Cité Québec 2018-2019. Ce processus repose sur la participation citoyenne. Il vise à renforcer les collaborations et les initiatives liées aux ODD, en vue de trouver des solutions intégrées et interdisciplinaires.

Le mardi 23 octobre, l'anthropologue, auteur et animateur Serge Bouchard prononcera la conférence d'ouverture de l'université d'automne. Il parlera de notre lien avec la nature, la culture, l'urbanité et la nordicité. Le lendemain, les sous-thèmes du colloque seront «Les ODD au Canada» et «La biodiversité: de la planification du territoire à l'action locale». Ce jeudi, une vingtaine de participants se réuniront sur le campus pour une session de travail visant à dessiner les grandes lignes du projet Coteau Sainte-Geneviève à l'EDS.

L'université d'automne de l'Institut EDS se tient les mardi et mercredi 23 et 24 octobre sur le campus. La conférence d'ouverture de Serge Bouchard débutera à 17h mardi au pavillon Alphonse-Desjardins. Quant au colloque, il se déroulera mercredi de 8h45 à 18h à la salle 2320-2330 du pavillon Gene-H.-Kruger. Les deux activités sont gratuites et ouvertes à tous. Inscription obligatoire. Pour information: sophie.gallais@ihqeds.ulaval.ca.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!