Société

Au coeur d'une Église en mutation

Selon Marc Pelchat, le prêtre d’aujourd’hui doit trouver ses nouveaux repères dans une proximité à établir avec les membres de la communauté chrétienne dont il a la charge

Par : Yvon Larose
La vie du prêtre, dans le Québec sécularisé et pluraliste d’aujourd’hui, ne manque pas de défis. Dans l’exercice de son ministère, celui-ci doit cumuler les tâches, conséquence d’un manque d’effectifs, ce qui conduit certains au bord de l’épuisement. Comme sa présence n’est que générale et ponctuelle auprès de la communauté chrétienne dont il a la charge, le prêtre éprouve plus de difficultés à établir un lien de proximité avec les personnes, ainsi qu’à développer un véritable sentiment d’appartenance. Surchargé, de surcroît isolé, le prêtre court le risque de voir diminuée son attitude fondamentale de réceptivité, d’accueil et d’écoute.

Ce portrait sommaire de la vie du prêtre d’aujourd’hui, Marc Pelchat, doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses, l’a brossé le jeudi 18 mars au Centre Montmartre de Québec. Sa présentation était la dernière d’une série de conférences itinérantes organisées par la Chaire de théologie Monseigneur-de-Laval à l’occasion de l’Année sacerdotale proclamée par Benoît XVI. «La diminution du nombre de prêtres, explique-t-il, fait qu’ils cumulent beaucoup d’activités autrefois réparties entre plusieurs, comme la célébration de l’ensemble des sacrements, l’organisation de la catéchèse ou l’animation des divers groupes.»

Marc Pelchat insiste sur la perte du rapport de proximité. «Le prêtre éprouve plus de difficultés à se faire proche des personnes vers lesquelles il est envoyé, dit-il. Or, la relation interpersonnelle revêt une haute importance si l’on veut que le service accompli ait une résonnance dans la vie du peuple chrétien. Connaître par leur nom les personnes qui nous sont confiées est une condition de fécondité de l’action pastorale.»

Le prêtre québécois d’aujourd’hui, que l’on peut définir comme un témoin, un interprète de la parole de Dieu, un accompagnateur à certains moments de la vie et un rassembleur, doit évoluer dans une société où la foi et les rites chrétiens ont perdu beaucoup de leur importance, et où les religions autres que chrétiennes sont visibles. «Le prêtre, indique Marc Pelchat, doit se situer dans ce monde-là, tel qu’il est, il faut qu’il l’habite et qu’il y trouve le moyen d’être porteur avec d’autres d’une vision alternative de la vie et du monde, au lieu de s’en éloigner et de s’en séparer.» Selon lui, le prêtre pourra trouver ses nouveaux repères dans la proximité qu’il pourra établir avec les membres de la communauté chrétienne. «Sa vie spirituelle, soutient-il, doit trouver son enracinement dans son action pastorale concrète, dans l’accueil et l’écoute, l’accompagnement des personnes, la lecture avec elles de la parole de Dieu, l’accompagnement de projets orientés vers la transformation du monde par l’Évangile.»

Des choix à faire
Cette longue mutation qui transforme la vie du prêtre, qui le travaille et qui le jette parfois dans le désarroi, Marc Pelchat croit qu’elle ne fait que commencer. Par ailleurs, il estime que l’Église catholique d’ici se dirige vers une impasse si des choix douloureux ne sont pas faits. «Les années à venir, affirme-t-il, seront exigeantes: réduction du nombre des lieux de culte, efforts de recrutement de nouveaux candidats et ouverture à de nouvelles formes d’exercice du ministère. On n’a peut-être encore rien vu comme mutation dans l’Église et dans son rapport au monde.»

Selon Marc Pelchat, l’Église québécoise a besoin de deux à trois fois plus de prêtres qu’elle en compte actuellement et dont la moyenne d’âge se situe autour de 60 ans. Bon an mal an, entre 10 et 12 nouveaux prêtres sont ordonnés au Québec. «L’accueil de prêtres d’autres continents prend de l’ampleur au Québec, poursuit-il. Plusieurs diocèses l’envisagent pour combler des besoins. Mais cela ne peut être une solution unique et à long terme. Une Église locale vivante doit pouvoir constituer un clergé local.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!