Recherche

Vacciner les femmes enceintes?

Deux spécialistes en santé publique proposent des balises à la vaccination contre la grippe saisonnière pendant la grossesse

Par : Jean Hamann
Faut-il vacciner les femmes enceintes contre la grippe saisonnière dès le début de leur grossesse? Gaston De Serres, professeur de la Faculté de médecine, et Danuta Skowronski, du Centre for Disease Control de la Colombie-Britannique, proposent une réponse élaborée à cette épineuse question dans les pages d'un récent numéro de la revue scientifique Vaccine. Leur position, qui repose sur la plus vaste revue de littérature jamais effectuée sur le sujet, nuance certaines recommandations des autorités médicales canadiennes et américaines qui préconisent depuis quelques années une vaccination systématique de toutes les femmes enceintes contre la grippe saisonnière.
  
Les recommandations officielles portent à croire que les femmes enceintes forment un groupe à risque, davantage menacé par la maladie ou la mort que le reste de la population advenant une grippe, mais est-ce bien le cas? Oui et non, concluent les deux chercheurs à la lumière des études scientifiques probantes menées sur la question. «Seules les pandémies de 1918 et 1957 ont provoqué une hausse de la mortalité attribuable à la grippe chez les femmes enceintes», rapportent-ils. Par contre, elles courent plus de risques d'hospitalisation en raison de la grippe pendant la deuxième moitié de leur grossesse. Le risque d'hospitalisation est également plus grand chez les femmes enceintes dont la santé est déjà affaiblie par certaines maladies. Toutefois, aucune étude n'a prouvé que les femmes en bonne santé qui sont en première moitié de grossesse courent plus de risques que les femmes du même groupe d'âge face à la grippe saisonnière. Pourquoi alors recommander la vaccination des premières, comme s'il s'agissait d'une règle de bonne pratique médicale, et se limiter à l'encourager chez les secondes, soulèvent les deux chercheurs.
   
La décision de vacciner une population doit reposer sur une sérieuse analyse risque-bénéfice, rappellent-ils. Dans le cas d'une femme enceinte, le problème est double puisqu'il faut aussi considérer la santé du foetus. En général, on estime qu'un vaccin administré en fin de grossesse pose moins de risque pour le foetus parce que son développement est plus avancé. Néanmoins,, il faut vacciner assez précocément la femme enceinte pour la protéger pendant la seconde moitié de la grossesse.
   
Tout compte fait, les deux chercheurs estiment que la vaccination doit être offerte le plus tôt possible pour les femmes enceintes souffrant de maladies augmentant leur risque de complications comme l’asthme ou les maladies cardiaques. Pour les femmes en bonne santé, les données ne permettent pas de recommander la vaccination contre la grippe saisonnière dès le début de la grossesse. Les deux chercheurs proposent plutôt que ce vaccin soit administré pendant la deuxième moitié de la grossesse. «Advenant une pandémie, comme c'est actuellement le cas avec l'influenza H1N1, la vaccination de toutes les femmes enceintes serait toutefois justifiée, peu importe le stade de la grossesse», souligne Gaston De Serres.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!