Recherche

Palmarès scientifique de Québec Science

Laval première au Québec pour le nombre de découvertes scientifiques au cours des quinze dernières années

Des neurones à partir de la peau: François Berthod ? à l'extrême droite - et son équipe du Laboratoire d'organogénèse expérimentale.
Des neurones à partir de la peau: François Berthod ? à l'extrême droite - et son équipe du Laboratoire d'organogénèse expérimentale.
L’Université Laval se classe première parmi tous les établissements universitaires québécois pour le nombre de découvertes sélectionnées par le magazine Québec Science au cours des quinze années d’existence de son populaire palmarès scientifique. L’Université Laval décroche 37 mentions sur une possibilité de 150 – soit le quart du nombre total de mentions accordées en quinze ans – dépassant ainsi toutes les autres universités et écoles d’enseignement supérieur du Québec. Ces résultats sont publiés dans le numéro de février du magazine Québec Science, disponible depuis le 11 janvier.
   
L’Université Laval se classe au premier rang dans la catégorie «Médecine, biologie moléculaire, génétique, neurologie, santé publique» avec 21 découvertes primées. Elle arrive également première ex aequo dans la catégorie «Physique, astronomie, chimie, mathématiques, informatique» avec 7 mentions. Elle se classe deuxième dans les catégories  Environnement, sciences de la Terre et sciences naturelles» (6 découvertes) et «Archéologie, anthropologie, paléontologie» (1 découverte).
   
Cette année encore, Laval a fait excellente figure avec deux percées scientifiques parmi les dix découvertes primées par le magazine de vulgarisation. En février dernier, dans les pages du Journal of Cellular Physiology, François Berthod et son équipe du Laboratoire d’organogénèse expérimentale (LOEX) ont expliqué comment ils sont parvenus à produire in vitro des neurones à partir de cellules souches provenant de la peau de sujets humains. Cette avancée pourrait à terme avoir des retombées révolutionnaires dans le traitement de maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer et le Parkinson. Dans l’édition du 21 juin 2007 de la revue scientifique Nature, une équipe internationale dont fait partie Ermanno Borra, chercheur au Centre d’optique, photonique et laser (COPL), a expliqué comment elle a franchi une étape de plus vers la construction d’un télescope à miroir liquide sur la Lune. Les chercheurs ont trouvé une combinaison de matériaux qui permet de fabriquer un miroir liquide doté d’un haut pouvoir réfléchissant capable de fonctionner même dans le difficile environnement lunaire. Le miroir liquide envisagé pour ce télescope lunaire aurait un diamètre entre 20 et 100 mètres, ce qui lui conférerait une sensibilité jusqu’à 1000 fois plus grande que celle du prochain télescope spatial.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!