Recherche

Mario Bros à la rescousse des chercheurs

Philippe Després, professeur au Département de physique, de génie physique et d'optique, présente une conférence sur le rôle méconnu des jeux vidéo en sciences

Par : Matthieu Dessureault
Des jeux vidéo populaires comme ceux de la franchise Mario Bros fonctionnent grâce à des processeurs qui peuvent traiter un nombre impressionnant d'opérations chaque seconde.
Des jeux vidéo populaires comme ceux de la franchise Mario Bros fonctionnent grâce à des processeurs qui peuvent traiter un nombre impressionnant d'opérations chaque seconde.
Elle est loin l'époque de Space War, ce jeu vidéo suranné dans lequel les adversaires devaient diriger un vaisseau spatial en tirant des projectiles! De la console Atari à la PlayStation 4, l'univers des jeux vidéo a évolué à une vitesse folle ces dernières années. La puissance des cartes graphiques permet de donner vie à des scènes hautement réalistes, qui répondent aux attentes grandissantes des joueurs.

Au-delà du divertissement, cette technologie a contribué à accélérer la recherche dans plusieurs domaines scientifiques. «L'industrie du jeu vidéo a développé une architecture matérielle particulière pour créer des effets spéciaux variés: les processeurs graphiques. À l'époque d'Atari, la résolution des images était de quelques dizaines de pixels; aujourd'hui, on parle de plusieurs millions de pixels. Derrière ces cartes graphiques capables d'afficher des scènes 3D complexes se trouvent des opérations mathématiques effectuées très rapidement. Au milieu des années 2000, des chercheurs ont commencé à les exploiter non pas pour faire de l'affichage, mais pour faire des calculs de façon extrêmement efficace», explique Philippe Després.

Ce jeudi 27 avril, à la bibliothèque Gabrielle-Roy, le professeur offrira une présentation sur les liens entre science et jeux vidéo. Organisée par l'Institut technologies de l'information et sociétés (ITIS), en collaboration avec l'Institut canadien de Québec, cette activité fait partie de la programmation des Rencontres du numérique. Le but de cette série de conférences est de stimuler la curiosité du grand public sur les perspectives de recherche et d'innovation en technologies de l'information.

Lui-même adepte de jeux vidéo, Philippe Després utilise des technologies issues de cet univers dans ses travaux de recherche. Il s'intéresse particulièrement aux applications en radiologie, en radio-oncologie et en médecine nucléaire. Les calculs précis et rapides que permettent les processeurs graphiques rendent réalisables des reconstructions tomographiques, une opération qui consiste à produire des modélisations 3D à partir d'images 2D.

Le physicien médical remarque un intérêt grandissant des chercheurs pour les jeux vidéo. Il donne en exemple le projet de recherche FUN II (pour «interaction intelligente»), mené par Ubisoft et l'Université Laval. Cette étude lancée en 2013 vise à mieux comprendre les émotions des joueurs afin de créer des jeux mieux adaptés. Plusieurs autres projets de recherche conjoints sont en cours.

Pour Philippe Després, ce n'est qu'un début. «Je crois que nous n'avons pas fini de voir des processeurs graphiques de plus en plus performants. La réalité virtuelle et la taille grandissante des écrans nécessitent des capacités de calcul énormes. Cela me fait dire que les processeurs graphiques ne sont pas prêts de disparaître. De plus en plus, cette technologie va évoluer et se démocratiser.»

Par sa conférence, il espère sensibiliser les gens aux aspects positifs des jeux vidéo. «Les jeux vidéo ont parfois mauvaise presse. Certains les voient comme une plaie sociale en incitant les gens à passer trop de temps devant un écran. Un des effets secondaires inattendus est qu'ils ont permis l'arrivée d'une science nouvelle. Le développement des processeurs graphiques au fil du temps a permis de faire de la science très intéressante dans plusieurs domaines, de la médecine à la finance.»

Jeudi 27 avril, de 19h à 20h30, à la salle Gérard-Martin de la bibliothèque Gabrielle-Roy. L'entrée est libre. Plus d'information

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!