Recherche

Les maux d'Internet

La vie des ados en ligne donne du fil à retordre aux parents

Par : Renée Larochelle
Votre ado clavarde sur son ordinateur depuis déjà deux heures et vous vous retenez pour ne pas lui dire de faire ses devoirs ou d’aller prendre l’air? Le temps que votre enfant passe sur Internet vous semble toujours trop long? Sachez que vous n’êtes pas seul dans ce cas. En témoignent les résultats d’une étude effectuée auprès de 16 parents par deux étudiantes en sociologie, Manon Berge et Véronique Garcia, dans un cours de laboratoire de maîtrise. Aux fins de cette enquête portant sur l’influence des nouvelles technologies sur les relations entre les parents et les ados commandée par la Direction de santé publique de Montréal, les chercheuses ont découvert que les principales craintes des parents vis-à-vis Internet étaient les sites offensants, la pornographie, la diffusion d’informations personnelles, les mauvaises rencontres et l’abandon d’autres activités importantes comme le sport et le travail scolaire.

La marge de liberté
«Si certains parents tablent sur l’éducation qu’ils ont donnée à leur enfant et leur font confiance dans leur utilisation, d’autres n’hésitent pas à utiliser des logiciels de filtrage et à donner des limites de temps très précises, écrivent Manon Berge et Véronique Garcia dans leur rapport de recherche. La marge de liberté laissée sur Internet par les parents aux adolescents n’est jamais plus importante que la liberté qu’ils leur laissent dans la vie hors ligne. Ils peuvent en revanche les surveiller davantage sur Internet que dans la vie hors ligne. En ce sens, Internet ne favorise pas l’autonomisation des jeunes.» Par ailleurs, Manon Berge et Véronique Garcia soulignent que les adolescents ont des usages plus récréatifs sur l’ordinateur que leurs parents qui en ont généralement une perception plus utilitaire. Selon les parents interrogés, les adolescents utilisent Internet principalement à la maison, et Internet joue alors le rôle de remplacement de deux outils de loisirs traditionnellement prisés par les ados, soit la télévision et le téléphone.

Si l’utilisation d’Internet ne semble pas affecter les relations familiales où l’environnement est sain et équilibré, les dangers liés à Internet existent bel et bien par ailleurs et doivent faire l’objet de prévention, même si ces dangers ne datent pas d’hier. Pour les auteures de l’étude, en effet, l’intimidation existait bien avant la «cyberintimidation». Même chose pour l’accès à la pornographie, la dépendance, etc. De  quoi remettre les pendules à l’heure pour ceux qui accusent Internet de tous les maux de la terre, de sous-entendre Manon Berge et Véronique Garcia.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!