Recherche

La plante éteignoir?

Une étude pilote suggère que le millepertuis calmerait les bouffées de chaleur liées à la ménopause

Par : Jean Hamann
Les conclusions d’une étude visant à déterminer si le millepertuis peut améliorer la qualité de vie des femmes ménopausées risquent de laisser les personnes avides de réponses tranchées sur leur faim. En effet, même si la consommation de capsules de millepertuis séché semble étouffer les bouffées de chaleur et améliorer certains aspects de la qualité de vie, les auteurs de l’étude estiment qu’il faudrait confirmer ces résultats auprès d’un plus grand nombre de femmes avant de se prononcer définitivement sur la pertinence de recommander ce produit naturel aux femmes ménopausées.
   
Pour les besoins de leur étude, Mahéra Al-Akoum, Elizabeth Maunsell, René Verreault, Louise Provencher, Hélène Otis et Sylvie Dodin, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHUQ, ont invité 47 femmes de 40 à 65 ans à prendre, pendant trois mois, soit des capsules de millepertuis, soit un placebo. Les résultats publiés par cette équipe dans un récent numéro de la revue scientifique Menopause: The Journal of The North American Menopause Society révèlent qu’au terme du traitement, les 22 femmes du groupe millepertuis rapportaient une diminution de 2,3 bouffées de chaleur par jour (6,9 au départ et 4,6 à la fin) contre une baisse de 1 bouffée par jour pour les 25 femmes du groupe placebo.
   
L’indice des bouffées de chaleur — une valeur combinant leur fréquence et leur intensité — a baissé de 3,8 dans le groupe expérimental contre 1,8 dans le groupe témoin. Les autres indicateurs de la qualité de vie, notamment la qualité du sommeil, ont aussi connu une plus forte embellie dans le groupe de femmes consommant du millepertuis. Cependant, en raison du petit nombre de participantes dans cette étude pilote et de la grande variabilité dans la fréquence et dans l’intensité des bouffées de chaleur, il était difficile d’obtenir des différences statistiquement significatives entre les deux groupes de femmes, expliquent les chercheurs.
   
Plusieurs études avaient déjà conclu que le millepertuis avait une efficacité supérieure à un placebo ou égale aux antidépresseurs dans le traitement de la dépression légère ou modérée. Toutefois, aucune étude n’avait encore démontré clairement le potentiel du millepertuis pour les femmes ménopausées. L’équipe de l’Université émet l’hypothèse que le millepertuis modulerait l’humeur ou certains éléments associés à la qualité de vie et, du coup, modifierait la perception des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!