Recherche

La leucémie pas à pas

Des chercheurs mettent au point un premier modèle animal qui reproduit fidèlement toutes les étapes de cette maladie chez l’humain

Par : Jean Hamann
Frédéric Barabé, chercheur à la Faculté de médecine: «Le modèle animal que nous avons mis au point permettra de préciser quels types de cellules sont en cause et comment le dérèglement s'opère».
Frédéric Barabé, chercheur à la Faculté de médecine: «Le modèle animal que nous avons mis au point permettra de préciser quels types de cellules sont en cause et comment le dérèglement s'opère».
Des chercheurs ont réussi à transformer des cellules humaines normales en cellules leucémiques et à les transplanter dans la moelle osseuse de souris de laboratoire, créant ainsi le premier modèle animal complet de leucémie humaine. Cette réalisation ouvre de nouvelles perspectives dans l’étude des mécanismes en cause dans le déclenchement et l’évolution de cette maladie, font valoir Frédéric Barabé, de la Faculté de médecine, et ses collègues de l’Université de Toronto, James Kennedy, Kristin Hope et John Dick, dans un article scientifique publié dans l’édition du 27 avril de la revue Science.
   
Pour mettre au point leur modèle animal, les chercheurs ont choisi deux anomalies génétiques associées au gène MLL, responsable de plusieurs cas de leucémies humaines. À l’aide d’outils génétiques faisant intervenir des virus comme messagers, ils ont inséré ce gène dans le bagage génétique des cellules souches humaines provenant de cordons ombilicaux pour ensuite les transplanter dans la moelle osseuse du fémur de souris. Dans les semaines qui ont suivi, plus de 93 % de ces animaux sont devenus leucémiques et leurs symptômes exprimaient en tous points l’évolution de cette forme de la maladie chez l’humain.
   
En situation normale, les cellules souches de la moelle osseuse produisent quotidiennement des milliards de cellules qui se différencient en globules blancs, en globules rouges et en plaquettes. La leucémie est une maladie causée par différentes anomalies génétiques qui provoquent l’arrêt de cette différenciation: s’ensuit une production insuffisante de globules blancs normaux, de globules rouges et de plaquettes qui explique respectivement les infections, l’anémie et les hémorragies spontanées caractéristiques de la leucémie. L’absence de modèle animal reproduisant toutes les étapes de la leucémie humaine constituait un frein à l’étude de la maladie. Jusqu’à présent, la plupart des recherches étaient effectuées à l’aide de cellules provenant de patients déjà atteints, ce qui renseignait peu sur le moment et les causes de la transformation de cellules normales en cellules leucémiques. «Le modèle animal que nous avons mis au point permettra de préciser quels types de cellules sont en cause et comment le dérèglement s’opère», signale Frédéric Barabé.
   
Le chercheur ne prétend pas que ce modèle animal soit valable pour toutes les formes de la maladie. «Les leucémies résultent de divers dérèglements génétiques, et chaque type de leucémie a sa biologie propre. Le gène MLL que nous avons utilisé est responsable de 5 à 10 % de toutes les leucémies humaines et de 70 % des leucémies aiguës chez les enfants de 1 an ou moins. Notre modèle peut être adapté pour permettre l’étude des autres formes de la maladie causées par d’autres gènes», précise-t-il toutefois.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!