Recherche

La contraception au masculin

La bourse FARE, qui récompense la recherche chez les étudiants de 1er cycle en sociologie, a été remise à un projet portant sur les pratiques contraceptives des jeunes hommes

Par : Matthieu Dessureault
Selon l'enquête, le fait d'être en couple incite les hommes à reléguer la responsabilité de la contraception à leur partenaire.
Selon l'enquête, le fait d'être en couple incite les hommes à reléguer la responsabilité de la contraception à leur partenaire.
Pour les hommes âgés de 18 à 25 ans, le préservatif sert avant tout de protection contre les infections transmises sexuellement et par le sang (ou ITSS), et non comme mesure contraceptive. Voici l'une des conclusions du rapport Échanges et négociations dans les pratiques contraceptives: le positionnement des hommes âgés de 18 à 25 ans, réalisé par Jonathan Riendeau dans le cadre du Laboratoire de recherche en sociologie. Ce cours permet aux étudiants de deuxième année de baccalauréat en sociologie d'effectuer une recherche pour un organisme de la région de Québec. Cette année, sept enquêtes ont été réalisées par 16 étudiants pour différentes organisations.

Préoccupé par le taux de grossesse non désirée chez les jeunes, S.O.S. Grossesse voulait en savoir plus sur les obstacles rencontrés en matière de contraception. L'étude de Jonathan Riendeau, qui porte plus précisément sur les hommes âgés de 18 à 25 ans, contribuera au travail de prévention de l'organisme. «Pour plusieurs, la contraception se conjugue au féminin. La femme est associée au rôle reproductif, ce qui implique une prise en charge des méthodes contraceptives. Ce n'est pas parce qu'elles ont la capacité de donner naissance qu'elles doivent assumer seules cette tâche. Par cette étude, j'ai voulu aborder les enjeux de la contraception masculine afin d'aider à mieux prévenir les grossesses non désirées», explique-t-il.

L'étudiant a mené des entretiens semi-dirigés, accompagnés d'un questionnaire, auprès de huit hommes ayant eu des rapports hétérosexuels au cours des six derniers mois. Les questions portaient sur l'aspect contraceptif de leurs pratiques sexuelles. Les résultats révèlent que les principaux obstacles à la contraception sont le prix des préservatifs, la diminution du plaisir et l'interruption temporaire de l'acte sexuel.

L'étude montre également que le fait d'être en couple incite les hommes à reléguer la responsabilité de la contraception à leurs partenaires. «Les pratiques des répondants sont influencées par le type de relation qu'ils entretiennent avec leurs partenaires, résume Jonathan Riendeau. Pour les célibataires ayant un premier rapport sexuel, le préservatif est un incontournable. Pour les couples ouverts, c'est-à-dire stables, mais non exclusifs sexuellement, l'homme cesse parfois de le porter, sans réfléchir aux risques de grossesse.»

Jonathan Riendeau a présenté les grandes lignes de sa recherche le 28 avril, à l'occasion de la 33e cérémonie du Laboratoire de recherche en sociologie. Il a reçu, au cours de cette activité, une bourse du Fonds d'aide à la réussite (FARE). L'objectif de ce prix est de reconnaître et de valoriser la recherche chez les étudiants de 1er cycle en sociologie afin de les inciter à poursuivre dans cette voie. «Différentes qualités ont mené Jonathan à proposer cet excellent rapport. Il a su se doter d'outils théoriques et méthodologiques lui permettant de bien circonscrire son objet d'étude, ainsi que d'analyser finement son corpus. Son ouverture l'a amené à être sensible aux différentes subtilités, ce qui lui a permis de bien saisir les nuances des discours», affirme son enseignant, Louis-Simon Corriveau.


Les autres projets de recherche en bref


  • L'Association québécoise des pèlerins et amis du Chemin de Saint-Jacques cherchait à mieux comprendre ce qui incite ses membres à effectuer le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • Une étude réalisée pour l'Association québécoise des centres d'intervention en dépendance visait à documenter la réalité des toxicomanes qui obtiennent de l'aide en dehors des centres de thérapie.
  • En quoi l'environnement de travail influence-t-il l'intégration socioprofessionnelle des personnes ayant des incapacités? C'est la question posée par une étude commandée par l'organisme Entr'actes.
  • L'Association des services de garde en milieu scolaire a mandaté des étudiants afin de mieux comprendre comment le service de garde scolaire est intégré aux projets éducatifs.
  • Une autre étude, réalisée pour l'organisme S.O.S. Grossesse, s'intéressait quant à elle aux pratiques sexuelles et contraceptives des femmes âgées de 18 à 25 ans.
  • Le ROC 03, qui réunit les organismes communautaires de la région de la Capitale-Nationale, souhaitait en connaître davantage sur les conditions de travail de ses employés.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!