Recherche

Faire peau neuve?

Des protéines extraites du colostrum favoriseraient une belle cicatrisation des plaies

Par : Jean Hamann
«Il n'y a pas beaucoup de produits qui ont cet effet», déclare Charles Doillon au sujet de l'extrait de colostrum qu'il a testé en laboratoire.
«Il n'y a pas beaucoup de produits qui ont cet effet», déclare Charles Doillon au sujet de l'extrait de colostrum qu'il a testé en laboratoire.
On connaissait déjà les vertus du colostrum — le lait produit par la mère pendant les premiers jours qui suivent l’accouchement — dans le développement de l’immunité du nouveau-né, voilà que des chercheurs de la Faculté de médecine viennent de démontrer qu’il contient aussi des protéines qui favoriseraient une belle cicatrisation des plaies. C’est ce qui se dégage d’une étude dont Charles Doillon a présenté les grandes lignes à Toronto, au début du mois, à l’occasion du 3e Congrès de la World Union of Wound Healing Societies.
   
Le professeur Doillon et Renée Paradis, du Centre de recherche du CHUL, ont évalué l’effet d’un extrait de colostrum bovin, mis au point par les chercheurs Réjean Drouin, Olivier Moroni et Christina Juneau, de la firme Advitech, sur certains aspects du processus de cicatrisation. Connu pour l’instant sous le nom d’extrait IM, ce produit est constitué d’un mélange de facteurs de croissance — des protéines favorisant la différenciation et la multiplication des cellules — et de protéines antimicrobiennes. Les chercheurs en ont testé l’effet sur les fibroblastes, les cellules qui synthétisent du collagène, un élément clé dans la réparation des plaies.
   
En présence de l’extrait IM, l’activité cellulaire des fibroblastes s’accroît par un facteur 20 et la synthèse de collagène augmente. «Les tests ont également démontré que le produit n’est pas toxique pour ces cellules», ajoute Charles Doillon. Autre résultat intéressant, le collagène se rétracte beaucoup moins dans un milieu qui contient l’extrait IM. «Ceci porte à croire que si on l’appliquait sur une plaie, il pourrait prévenir la formation de vilaines cicatrices causées par la rétraction du collagène. Il n’y a pas beaucoup de produits qui ont cet effet», souligne-t-il. Il ne s’agit toutefois que d’une première étape d’évaluation, prévient le chercheur. Reste à voir comment ce produit naturel, qui stimule l’activité cellulaire des fibroblastes sans les tuer et qui favorise la synthèse de collagène tout en prévenant sa rétraction, se comportera lors des essais subséquents.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!