Recherche

Coups pour cou?

Le port du casque protecteur n'augmenterait pas les risques de blessures au cou chez les skieurs

Par : Jean Hamann
Les craintes entourant les forces de torsion engendrées sur le cou par le poids de la tête et du casque protecteur ne seraient pas fondées, même chez les jeunes skieurs.
Les craintes entourant les forces de torsion engendrées sur le cou par le poids de la tête et du casque protecteur ne seraient pas fondées, même chez les jeunes skieurs.
Le casque protecteur prévient efficacement les blessures à la tête des skieurs et des planchistes, mais pourrait-il engendrer des blessures au cou? C'est ce que craignent certains spécialistes de biomécanique qui estiment que le poids du casque augmente les forces de torsion lors de chutes même mineures. Cette possibilité serait encore plus préoccupante pour les enfants qui ont, toutes proportions gardées, une tête plus lourde que celle des adultes par rapport au reste du corps. Une équipe de chercheurs canadiens, qui a analysé la question à l'aide de données provenant de rapports d'accidents compilés par les patrouilleurs de centres de ski du Québec, conclut que ces craintes ne sont pas fondées. Ces chercheurs, parmi lesquels se trouve le professeur Claude Goulet du Département d'éducation physique, en font la démonstration dans un récent numéro de l'American Journal of Epidemiology.
   
Pour tirer la question au clair, les chercheurs ont puisé des données dans les rapports d'accidents remplis par les patrouilleurs de 91 centres de ski du Québec entre 1995 et 2005. Ils ont ainsi mis la main sur 2986 cas de blessures au cou, dont 522 cas graves qui ont nécessité un transport par ambulance, et 318 cas de fractures ou de dislocations cervicales. Pour établir l'effet du casque, les chercheurs ont comparé ces cas à 97 408 rapports d'accidents touchant des parties du corps autres que la tête et le cou (tronc, bras, jambes).
   
Leurs analyses révèlent que le port du casque n'augmente pas significativement les risques de subir une blessure au cou. La même conclusion s'impose lorsque les analyses sont restreintes aux cas graves ou aux enfants de moins de 11 ans. «Le casque ne semble pas avoir d'effet sur le risque de blessures au cou et il faut encourager les skieurs et les planchistes à le porter, concluent les chercheurs. La mise au point de casques plus légers protégeant adéquatement la tête devrait tout de même demeurer une priorité des manufacturiers.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!