Recherche

8,3 M$ pour les infrastructures du CEN

Les huit stations de recherche du Centre d’études nordiques profiteront d’une cure de rajeunissement

Par : Jean Hamann
Les huit stations du Centre d'études nordiques, dont celle de l'île Bylot, seront agrandies ou rénovées d'ici la fin mars 2011.
Les huit stations du Centre d'études nordiques, dont celle de l'île Bylot, seront agrandies ou rénovées d'ici la fin mars 2011.
Le Centre d’études nordiques (CEN) vient d’obtenir 8,3 millions de dollars pour rénover et agrandir ses installations de recherche dans le nord du pays. Cette somme provient du Fonds pour l’infrastructure de recherche dans l’Arctique du ministère des Affaires indiennes et du Nord. Créé dans la foulée du budget fédéral de janvier 2009, ce programme a pour but de financer des travaux liés à la rénovation et à l’amélioration des infrastructures de recherche situées dans l’Arctique tout en stimulant l’économie des régions nordiques.
  
L’équipe du CEN a répondu avec célérité à l’appel d’offres lancé par le Ministère le 20 février. Le projet qu’elle a présenté s’inscrit dans la foulée des discussions menées en 2008 à l’occasion de l’Année polaire internationale. Les États membres du Conseil de l’Arctique avaient alors reconnu l’urgence d’intensifier la recherche et d’accroître les connaissances sur le Nord parce que c’est là que les changements climatiques font le plus manifestement sentir leurs effets. On proposait alors d’établir, de concert avec les populations locales, un réseau d’observation à long terme sur l’Arctique (Sustaining Arctic Observing Network ou SOAN).
   
Le projet SOAN-CEN consiste à apporter des améliorations majeures aux huit stations de recherche que le CEN possède dans l’est de l’Arctique. Ces installations sont réparties sur 3 500 km de latitude, de la baie James jusqu’à l’île de Ward Hunt aux confins de l’Arctique canadien. Elles sont utilisées par les chercheurs du CEN, mais aussi par des chercheurs canadiens et étrangers.
   
Les travaux de rénovation qui y seront effectués sont de trois types, explique le directeur du CEN, Warwick Vincent. «D’abord, nous voulons atteindre les normes internationales en ce qui a trait aux laboratoires et aux quartiers de vie de façon à créer un environnement adéquat pour les chercheurs. Nous voulons aussi améliorer la sécurité des lieux de travail ainsi que l’efficacité énergétique des installations pour réduire notre impact environnemental. Enfin, nous voulons construire des locaux qui seront utilisés pour des séances de travail, de formation et de transfert de connaissances non seulement entre les chercheurs canadiens et étrangers lors de leurs séjours dans le Nord, mais aussi entre les chercheurs et les communautés locales.» Ainsi, le CEN construira un centre communautaire de formation scientifique, incluant une salle de conférence, sur le site de sa station de recherche de Whapmagoostui. Un autre centre de formation, voué à la construction sur pergélisol, sera érigé à Salluit. Un troisième centre pourrait aussi être installé à Umiujuaq.
   
Les travaux de construction et de rénovation devront être menés rondement. En vertu des règles du programme, tout doit être terminé au plus tard le 31 mars 2011. L’isolement des stations et la difficulté d’y acheminer des matériaux de construction constituent un défi logistique de taille. «L’expérience acquise dans le passé par le CEN fait en sorte que nous croyons pouvoir y arriver», affirme le professeur Vincent. En 2007, le CEN, alors dirigé par Yves Bégin, avait obtenu une subvention de 3,1 M$ de la Fondation canadienne pour l’innovation pour améliorer son réseau de huit stations.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!