Chroniques

Dans les médias

Linda Saucier, Égide Royer et Véronique Provencher sur un nouvel effet positif des probiotiques, les élèves en difficulté dans un contexte d'austérité et la perception négative du lait

Sur un nouvel effet positif des probiotiques


Les probiotiques, ces microorganismes qui lorsqu'ingérés en quantité suffisante exercent des effets positifs sur la santé, procureraient des bénéfices post mortem intéressants pour les producteurs de viande. En effet, des travaux dirigés par la professeure Linda Saucier ont montré que la viande provenant de lapins qui ont consommé une souche de bactérie probiotique contient jusqu'à 10 fois moins de Listeria monocytogenes, une bactérie qui cause des intoxications alimentaires. «Ce qui est intéressant, c'est qu'on sort des façons de faire classiques qui consistaient à essayer d'éliminer toutes les bactéries. On ne crée pas de vide microbiologique, on module positivement et on cible ce qu'on veut éliminer.»

Linda Saucier, Département des sciences animales
Le Soleil, 30 mai


Sur les élèves en difficulté dans un contexte d'austérité


Les coupes budgétaires imposées au système d'éducation québécois affectent de façon importante les élèves en difficulté. Selon le professeur associé Égide Royer, ces élèves, une fois en classe ordinaire, ne reçoivent plus aucune aide spécialisée, avec les conséquences sur leur développement que l'on imagine. «Le jeune de 15 ans en sport-études qui réussit bien à l'école, explique-t-il, il n'est pas touché. Mais le petit gars de 8 ans qui n'arrive pas à lire, lui, son avenir sera hypothéqué pour le reste de ses jours.»

Égide Royer, Département des fondements et pratiques en éducation
La Presse, 4 juin


Sur la perception négative du lait


Le lait a mauvaise réputation chez beaucoup de gens, particulièrement les végétariens. Selon ses détracteurs, cet aliment aurait des effets inflammatoires. Certains affirment que les adultes n'ont pas besoin d'en boire. Selon la professeure Véronique Provencher, responsable d'une étude récente sur la perception qu'ont les citoyens du lait, cet aliment constitue une importante source de calcium et de vitamine D. «Si on décide de couper les produits laitiers de notre alimentation, dit-elle, et de les remplacer, par exemple, par du chou frisé ou du brocoli, il faut en manger beaucoup parce que le calcium y est moins biodisponible.»

Véronique Provencher, École de nutrition
Le Soleil, 6 juin

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!