Chroniques

Dans les médias

Jean-Luc Déziel, Frank Pons et Simon Langlois sur l'avenir de l'Observatoire du mont Mégantic, l'expansion de Walmart et la possibilité d'un nouveau printemps érable

Sur l'avenir de l'Observatoire du mont Mégantic


Le sauvetage in extremis de l'Observatoire du mont Mégantic – un équipement utilisé par des chercheurs et des étudiants-chercheurs de l'Université – n'a pas calmé les appréhensions des astrophysiciens puisque les fonds annoncés couvriront les coûts de fonctionnement pour deux ans seulement. Par la voix de leur porte-parole, Jean-Luc Déziel, deux regroupements d'étudiants du Département de physique, de génie physique et d'optique ont fait une sortie publique pour faire connaître leur mécontentement. «Nous demandons au gouvernement conservateur de mettre un terme à sa guerre contre la science au Canada et de maintenir le financement de nos institutions de recherche. Nous lui demandons de ne plus mettre en péril le savoir-faire scientifique canadien sur une base impulsive, irréfléchie et idéologique.»

Jean-Luc Déziel, étudiant-chercheur au Département de physique, de génie physique et d'optique
Le Soleil, 13 février


Sur l'expansion de Walmart


Walmart, le géant américain de la vente au détail, poursuit son expansion au Canada avec la création de 2 nouvelles surfaces ainsi que l'agrandissement de 7 magasins et la rénovation de 20 autres. L'entreprise investira 340 M$ et aura à terme 21 000 mètres carrés supplémentaires d'espace de vente. Selon Frank Pons, l'approche de Walmart donne de meilleurs résultats que celle mise de l'avant par sa concurrente Target, qui fermera ses 133 magasins au Canada. «L'approche de Target a été un peu plus éblouissante, un peu plus fracassante, dit-il, alors que celle de Walmart, en progressant graduellement et en livrant quelque chose qui n'est pas spectaculaire, est efficace.»

Frank Pons, Département de marketing
Le Devoir, 12 février


Sur la possibilité d'un nouveau printemps érable


Considérant la concentration de l'épargne entre les mains de 1% de la population, les pauvres et les petits salariés en mode de survie et une période de croissance économique plus faible à long terme, peut-on s'attendre à une mobilisation sociale d'envergure dans les prochains mois? Simon Langlois ne le croit pas. «L'alliance durable entre médecins, pompiers, fonctionnaires municipaux et étudiants est peu probable, car les intérêts sont trop divergents. Les médecins contestent l'organisation du travail, les employés municipaux protestent contre la hausse des taux de cotisation à leurs fonds de retraite. Et les étudiants s'élèvent contre le sous-financement de l'éducation.»

Simon Langlois, Département de sociologie
Le Devoir, 14 février

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!